Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif – C’est une déclaration au ton très déterminé qui rassemble 270 eurodéputés de tous bords et de tous les pays de l’Union européenne. Rendue  publique le 14 juin par l’élue belge Gérard Deprez, elle condamne les violations des droits humains qui se sont aggravées en Iran sous le gouvernement Rohani. 

Egalement président de l’intergroupe des « Amis d’un Iran libre » au parlement européen, Gérard Deprez a souligné qu’il s’agissait de demander à l’UE de subordonner ses relations avec le régime iranien à l’amélioration de la situation des droits humains dans ce pays.

« Malgré les grands espoirs générés par la conclusion de l’accord nucléaire avec l’Iran et des conséquences espérées de cet accord sur l’amélioration de la situation des droits de l’homme en Iran, la situation a empiré de jour en jour. Le rapporteur spécial de l’ONU sur l’Iran a récemment annoncé que le taux de pendaisons est actuellement plus élevé qu’il ne l’a été au cours des 27 dernières années », dit le texte.

Gérard Deprez ajoute qu’« il y a une grande contradiction à ce qu’au sein de l’UE, nous soyons aussi fiers que l’ensemble des Etats membres aient abandonné la peine de mort, alors que dans le même temps, nous n’éprouvons visiblement aucune difficulté à faire des affaires avec les principaux bourreaux étatiques du monde. Si l’UE n’insiste pas publiquement et sérieusement sur l’amélioration des droits de l’homme, ce sera un sérieux coup porté à notre crédibilité  ».