Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - « En aucune manière, la France ne doit répondre aux demandes, pressions et tentatives du régime iranien visant à une restriction des droits démocratiques de ses opposants ou tout marchandage visant leurs activités », estime le Comité parlementaire pour un Iran démocratique.

 

Dans un communiqué, un comité de députés français de gauche et de droite appelle les autorités gouvernementales et parlementaires françaises à « la plus extrême fermeté » envers l’Iran, notamment sur les droits de l’Homme. Ce communiqué a été diffusé le 7 septembre, en pleine visite de Claude Bartolone à Téhéran. Il est cosigné par son président Dominique Lefebvre (PS) et l’un de ses vice-présidents, Michel Terrot (LR).

Ce comité exprime sa « vive préoccupation » après la convocation en juillet par le ministère des Affaires étrangères iranien de l’ambassadeur de France à Téhéran suite au rassemblement d’opposants en exil le 9 juillet au Bourget et après la visite de la ministre de l’Environnement et de l’Energie Ségolène Royal fin août, objet selon eux d’« une instrumentalisation politique indécente par le pouvoir en place et les médias officiels contre la résistance iranienne ». 

Aux yeux des 26 députés membres du CPID, « l’Iran, dont il est acquis que ses dirigeants ne respectent pas les normes internationales, ne peut à ce jour en aucun cas constituer un partenaire fiable dans le combat pour éradiquer le phénomène néfaste de l’intégrisme islamiste au Proche et Moyen Orient ». 

Ils considèrent que « l’amélioration de la situation des Droits de l’Homme en Iran doit être une condition préalable de tout développement de relations diplomatiques et commerciales (…) et que celle-ci devra être mesurée à l’aune de l’arrêt des exécutions, la libération des prisonniers politiques et au respect de la liberté d’expression et d’association ». 

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), effectue un déplacement officiel en Iran du 5 au 9 septembre, visite initialement prévue mi-juillet mais reportée suite à l’attentat de Nice. 

 (Avec AFP)