Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif -Grand habitué des exécutions de masse depuis le massacre de 30.000 prisoniers politiques durant l'été 1988, le régime en Iran persiste et signe. Il vient d'exécuter ensemble un groupe de 17 condamnés à la prison de Vakil-Abad à Machad.

 

La seconde ville d'ran a été le théâtre de cette tragédie le 11 septembre et le pour commettre ce crime, le régime des mollahs a une fois de plus brandi la "lutte contre la drogue" comme argument.

Ce prétexte passe-partout lui permet de jouer les loups cachés sous une peau de brebis dans les instances internationales ou les diverses conférences organisées dans les parlements des démocraties, notamment en France. Une fois écartée la question des exécutions avec ce culot suprême de réclamer une reconnaissance de l'Occident pour ses efforts en la matière, le régime passe régulièrement aux questions économiques, vu la crise qui l'étrangle.

Le fait est qu'à force de se contenter de réponse automatique et de fermer les yeux sur ce taux effroyable de pendaisons, l'Occident laisse le loup commettre ses carnages tant en Iran qu'en Syrie et dans les pays de la région.

Après 88 exécutions au mois d'aout, le peuple iranien pleure 49 exécutés au mois de septembre et s'attend à de nombreuses autres pendaisons.

Il s'agit de crimes contre l'humanité et le Haut-cmmissariat des droits de l'Homme de l'ONU se doit d'ouvrir des enquêtes, non seulement pour le massacre de 1988, mais aussi pour les massacres quotidiens qui endeuillent l'Iran.