Brisant un tabou, l’Iranien Ibrahim Mehtari raconte sa détention, en août, les violences et humiliations subies pour avoir défié le régime.

Libération, 4 février - C’est l’un des tout premiers récits sur ce qui demeure un tabou absolu en Iran : le viol de manifestants et d’opposants dans les centres de détention. Ce que Mehdi Karoubi, l’un des trois principaux chefs de file de l’opposition, avait brusquement révélé fin juillet, s’attirant des menaces de mort, des insultes et des poursuites judiciaires de la part du régime islamique, un jeune journaliste de 27 ans vient de le confirmer. Battu pendant cinq jours, Ibrahim Mehtari a aussi été violé par l’un de ses tortionnaires qui, précise-t-il, s’est servi d’un bâton. C’est sous son propre nom qu’il a raconté à Libération sa terrible captivité qu’il a vécue les yeux bandés. Il a montré des photos qui témoignent des coups reçus, y compris les violences sexuelles.

Lire la suite...

Iran Manif - La jeunesse courageuse de Téhéran répond au régime qui condamne à mort sous l'accusation de "guerre contre Dieu" en déclenchant une bataille sans répit à la dictature religieuse. A l'approche de l'anniversaire de la révolution anti-monarchiste, le régime avait déployé une grande bannière sur le passage aérien de la rue Navab-Dam Pezechki de la capitale, avec à une extrémité un portrait de Khamenei.

Lire la suite...