Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - "La violence contre les femmes est reconnue comme une violation grave des droits humains, résultant de la violation des droits civils, politiques, sociaux, culturels, économiques et de développement des femmes. L’un des impacts souvent négligé, est le rôle que celle-ci joue dans l’entrave à la réalisation des droits de citoyenneté", expliquait Rashida Manjoo à la conférence des femmes du 27 février à La Défense en présence de Maryam Radjavi dirigeante de l'opposition iranienne.

 

L'ancienne rapporteure spéciale de l'ONU sur la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences (de 2009 à 2015) et professeur à la Faculté de Droit Public de l’Université de Cape Town en Afrique du Sud, a ajouté : 

Cela révèle également le rôle de la violence sexiste dans l’entrave à la mise en œuvre pour les femmes d’un large éventail de droits humains essentiels à l’exercice de la citoyenneté pleine et active ; et met également l’accent sur la nécessité pour les États de s’acquitter de leurs responsabilités d’empêcher la violence contre les femmes et les filles et d’y réagir, que cette violence advienne dans la sphère publique ou privée.

La violence viole les droits des femmes à l’égalité et à l’absence de discrimination basée sur leur sexe et leur genre ; les droits à la liberté et à la sécurité de la personne ; et le droit de ne pas être sujet à la torture, aux traitements cruels, inhumains ou dégradants, entre autres. La violence entrave également le droit des femmes à l’égalité et à l’absence de discrimination dans le cadre familial. L’expérience ou la menace de la violence dissuade beaucoup de femmes de sortir de chez elles, ce qui les prive de leurs droits de participer à la vie politique, économique, sociale et culturelle de leur communauté. Dès lors cela empêche les femmes d’exercer leur droit de vote et d’occuper des postes publics, de travailler, d’étudier, de vivre dans la sécurité, d’accéder à la justice et aux soins de santé, entre autres droits.

La communauté internationale a reconnu que certaines manifestations de violence à l’égard des femmes sont une forme de torture, par exemple le viol, souvent perpétré comme moyen de contrôle, et qui répond à tous les critères de la torture. D’autres manifestations de violence contre les femmes relevant de la torture ou des traitements cruels, inhumains ou dégradants incluent la stérilisation forcée, l’avortement forcé, et les mutilations génitales féminines.

La violence contre les femmes viole le droit à la liberté d’association et d’expression de diverses manières néfastes, tandis que les restrictions à la liberté d’association et d’expression enracinent un peu plus la violence continuelle. La violence contre les femmes restreint également leur liberté de mouvement. La peur de la violence survenant dans les lieux publics, y compris le harcèlement et les agressions sexuelles, mène souvent les femmes à éviter la sphère publique. Liée à cet évitement vient la peur de la violence dans la sphère privée, en particulier si la liberté de mouvement est exercée sans autorisation préalable.

La violence sexiste entrave la capacité des femmes à exercer leur droit de prendre part à la vie sociale et culturelle. Cela inclut le droit à accéder, participer à, et contribuer à la vie culturelle. La Rapporteuse Spéciale dans le domaine des droits culturels a affirmé que la participation à la vie culturelle impliquait des prises de décision significatives, et la liberté pour les femmes de créer de nouvelles communautés de valeurs culturelles, de pratiques et de sens partagés sans craindre d’actions punitives, donc toute forme de violence .

Lire cette intervention particulièrement riche en entier

 

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

251 manifestants tués

3700 blessés

7000 arrestations

dans 146 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE