Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - " Je pense qu’il faut rendre hommage à la femme qui nous convoque aujourd’hui et qui porte le flambeau au 21ème siècle ; le flambeau de la lumière dans la pire des nuits noires contre la liberté, contre la démocratie et contre les droits de femmes. Et cette femme c’est Maryam Radjavi", a déclaré Igrid Betancourt le 27 février à la conférence des femmes iraniennes à La défense, en présence de la dirigeante de l'opposition iranienne.

 

"Et je voudrais que nous réfléchissions à ce qu’elle a fait, poursuit Ingrid Betancourt, pour comprendre pourquoi nous sommes ici. Alors, en ce moment, alors que dans le monde les femmes votent partout, que par exemple aux Etats-Unis une femme comme Hillary Clinton se bat aussi pour avoir le droit d’être femme à la tête de la plus grande puissance du monde, et bien en Iran, les femmes n’ont pas le droit d’être élues. Elles ont été écartées de la possibilité de participer au pouvoir.

Alors, cette femme que nous voyons ici (Maryam Radjavi), et bien oui, elle est bien hardie comme dirait Mme Héritier. Elle a de la hardiesse. Elle a de la hardiesse de confronter, à sa façon, la dictature des mollahs. Et elle le fait d’une façon extraordinaire. D’abord parce qu’elle décortique ce qu’est cette manipulation à travers ces lois qu’elle dénonce. Elle nous a expliqué l’article 167 de la Constitution Iranienne et comment cet article finalement permet l’horreur de l’abus de la femme, de son esclavage, de la pédophilie institutionnalisée par les mollahs. Faut-il ne pas employer les mots ? Pouvons encore fermer les yeux par souci d’être convenable, d’être politiquement correct, alors que les femmes sont torturées, violées, assassinées, emprisonnées. Les femmes oui, mais aussi les hommes et les enfants.

Quand un système touche aux droits des femmes, c’est parce qu’il veut tout simplement diviser pour avoir la possibilité que le reste de la population ne s’insurge pas. Comme par exemple dans cette farce d’élection. Il présente des candidats qui sont ceux que veut Khamenei, pour que le peuple iranien soit forcé par chantage à entériner un pseudo-état, dans une pseudo-démocratie avec une loi faite d’anti-lois, dans laquelle la loi - qui est la possibilité de juger entre le bien et le mal dans une société - devient la possibilité de donner à certains le droit d’abuser les autres. L’anti-loi imposée par les mollahs.

Alors oui, Maryam, vous êtes une héroïne pour nous. Et vous l’êtes parce que non seulement vous décortiquez et vous mettez à nu cette charia insoutenable, immonde, que nous ne pouvons pas même nous avouer… de ne pouvoir la lire tellement elle rompt avec tout ce qui pour nous est fondamental à tous les niveaux. Mais en plus, Mme Radjavi, vous avez, et c’est ça qui est extraordinaire, vous avez créé une organisation qui est l’organisation qui présente un modèle qui peut véritablement s’interpréter comme l’alternative pour l’Iran face aux mollahs. C’est ce modèle-là qui est extraordinaire. La possibilité d’avoir réuni des femmes et des hommes qui ne renient pas le fait d’être musulmans, pour avoir le droit de faire de la politique dans le respect des droits de l’homme, des droits humains.

Je mets par exemple dans ces femmes extraordinaires qui nous ont marqué, Benazir Bhutto. J’admire énormément Benazir Bhutto. Oui, elle aussi était musulmane, mais à la différence de Maryam Radjavi, Benazir s’est installée dans le système. Maryam c’est une alternative au système. Mais une alternative musulmane, séculaire, démocratique et libertaire.

Le combat de Maryam Radjavi est notre combat. C’est mon combat. C’est non seulement l’alternative disons de la résistance, c’est l’alternative politique de l’Iran. Elle est bien meilleure cette alternative que le fait de pactiser avec les mollahs un accord nucléaire que nous savons que nous allons payer très cher. C’est pour ça que nous avons aujourd’hui plus que jamais, besoin de la réussite de Maryam Radjavi. C’est notre engagement d’aujourd’hui, c’est notre engagement de demain. C’est à nous de jouer pour permettre à Maryam de libérer l’Iran.

Lire l'intervention en entier 

 

IRAN 
DECEMBRE 2019

 29 exécutions

Soulèvement national

1500 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 191 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE