Dans la seule région du Khorassan-Razavi, en un an: 478 femmes SDF arrêtées, 306 maisons closes fermées et 456 razzias sur des soirées.
L’imam du vendredi de Machad : l’impudeur, la vulgarité et la corruption sont des déviations politiques…

Iran Manif - Dans une réunion des services de répression des mœurs de la province de Khorassan-Razavi, l’hodjatoleslam Alam-ol-Hoda (qui a voué à la potence les manifestants du 27 décembre dernier) a lancé sa dernière trouvaille en affirmant que « le problème principal est la lutte contre le phénomène des mal-voilées, qui avec la vulgarité et la corruption sont une déviation politique ».  Si, vous avez bien lu.

Lire la suite...

Statut Général des Iraniennes depuis l’instauration de la dictature religieuse

Article 21 de la Constitution : Le gouvernement doit assurer les droits de la femme à tous égards, conformément aux critères islamiques. Toute promiscuité entre femmes et hommes en public, mais aussi en privé, est interdite. La mixité est considérée comme un péché répréhensible. Le tchador, long voile noir, est obligatoire pour toute salariée du secteur public. Le hejab (voile ou foulard) est obligatoire pour les femmes iraniennes ou étrangères, quelle que soit leur obédience religieuse, sur le sol iranien. Le maquillage est interdit. L’usage des couleurs vives, des vêtements « occidentalisés et indécents » ou portant des inscriptions étrangères, etc., sont interdits par décret ministériel pour les salariées du secteur public, les étudiantes, lycéennes et écolières.

Lire la suite...

L’exportation de l’intégrisme et le développement de la misogynie peuvent être abordés sous trois angles.

D’abord le développement et l’exportation de l’intégrisme islamique s’appuient sur le pouvoir intégriste en Iran qui n’a jamais caché que son but stratégique était d’instaurer un gouvernement islamique mondial. Khatami a affirmé dans un discours : « Notre stratégie pour la survie de la révolution islamique doit être basée sir l’expansion plutôt que sur la préservation de la révolution islamique ».

Lire la suite...

Les femmes dans la Constitution

• Article 111 de la constitution : “Le président doit être élu parmi les hommes religieux et politiques.”
• Les femmes ne sont pas autorisées à accéder à la présidence. “la loi sur l’élection des juges” adoptée le 4 mai 1982 stipule : “les juges sont élus parmi les hommes ...” (Journal officiel, n° 10855 - 12 juin 1982)

Lire la suite...

Déclaration de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne au Parlement européen le 15 juillet 2006. Le plan des droits et libertés des femmes a été adopté par le Conseil national de la Résistance iranienne en avril 1987.

1. L’Iran de demain reconnaîtra toutes les libertés individuelles des femmes, notamment la liberté de choisir ses vêtements, la liberté d’opinion, de religion, de profession et de voyager.

2. Nous croyons dans l’égalité totale entre les sexes dans le domaine social, politique, culturel et économique.

Lire la suite...

La misogynie, un produit de la distinction sexuelle

Selon la conception intégriste des mollahs, le vice et la vertu sexuels sont les principaux critères d’évaluation. Les péchés les plus ignobles et les plus impardonnables sont les méfaits sexuels. La piété, la chasteté et la décence étant évaluées selon les critères sexuels. Ils s’appliquent rarement au domaine politique et social. La pureté ou la corruption sont essentiellement jugées selon des critères liés d’une manière ou d’une autre au sexe. Quand un tel système de valeurs évolue dans la norme sociale, les murs de la démarcation sexuelle deviennent plus élevés, plus épais et même plus omniprésents. Les intégristes considèrent les femmes comme dangereuses et sataniques. Elles incarnent le péché et la séduction. Elles ne doivent pas mettre le pied hors du foyer parce que leur présence dans la société est cause de péché. Elles doivent rester à la maison pour assouvir les désirs charnels de leur mari. Si elles ne s’y soumettent pas, elles obligent leur mari à pécher hors du foyer.

Lire la suite...

IRAN 
DECEMBRE 2019

 29 exécutions

Soulèvement national

1500 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 191 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE