Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn



Iran Manif – « Nous sommes ici grâce à Victor Hugo, et puisse Victor Hugo notre écrivain universellement connu qui a inspiré tant d'avancées, de progrès et d'engagements politiques, nous aider, vous aider dans votre combat », a déclaré Martine Carillon-Couvreur le 6 mai.

La députée de la Nièvre s’exprimait dans une réunion à la salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale, à propos de la crise nucléaire, des droits humains en Iran et de la position française. Elle accueillait Maryam Radjavi, la dirigeante de l’opposition iranienne. La réunion était organisée par le Comité parlementaire pour un Iran démocratique (CPID). Voici la suite de son intervention :

« Nous sommes les uns et les autres ici, plusieurs députés, plusieurs sénateurs, toujours à la rencontre de celles et ceux qui vous accompagnent. Si nous sommes là ce soir, c'est parce que nous voulons montrer et témoigner de l'intérêt et de l'importance que nous apportons à l'avenir de l'Iran, cet immense pays, ce très beau pays. Et puis à mon tour, Madame la présidente [Radjavi], de vous apporter notre soutien complet au peuple iranien. Nous avons vu des témoignages, nous en connaissons tous quelques-uns qui à l'occasion de rencontres rappellent ce destin cruel est difficile, et cette espérance aussi, qui est celle du peuple iranien aujourd'hui pour trouver d'autres horizons.

Bien sûr nous serons très attentifs et déterminés pour faire savoir qu'il n'y a pas de concession au régime sur l'enrichissement de l'uranium aujourd'hui dans le cadre de cette nouvelle négociation sur le nucléaire.

Je voudrais m'arrêter un instant en particulier sur la question du camp Liberty, dire qu'il est inconcevable, inacceptable et condamnable que des femmes, des hommes et des enfants, soient encore aujourd'hui en 2014, enfermés dans des conditions indignes. Aujourd'hui, aussi, nous devons porter ce message des droits de l'homme, de la dignité des êtres humains, parce que nous devons être tous engagés sur ce sujet.

Oui, nous resterons attentifs et mobilisés, à vos côtés et aux côtés de celles et ceux qui vous soutiennent dans ce combat. A force d'unir nos témoignages, d'unir nos forces, d'unir nos engagements, nous parviendrons à porter des messages qui pourront à un moment donné faire infléchir le cours du destin qui est celui aujourd'hui de l'Iran. Alors c'est un chemin très long, un chemin très difficile. Mais l'assistance ce soir montre que vous n'êtes pas seule. Aux côtés de mes collègues, nous ferons en sorte qu'enfin l'Iran puisse retrouver l'espoir de démocratie, de liberté et encore une fois de dignité.