Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Le Parisien avec AFP, 30 avril 2018 - Après la Russie, l’Iran aussi veut bloquer la messagerie instantanée d’origine russe. Décidément, les nuages s’amoncellent au-dessus de la messagerie Telegram. Après la Russie, la justice iranienne a ordonné lundi le blocage du réseau de messagerie le plus populaire d'Iran, auquel la République islamique reproche d'héberger des groupes d'oppositions armés ou violents. Un juge de Téhéran a donné «l'ordre d'interrompre Telegram», écrit Mizan Online, l'agence de presse de l'Autorité judiciaire.

Cette décision était attendue depuis plusieurs semaines et en particulier depuis que le gouvernement avait ordonné, mi-avril, à tous les organes de l'État de cesser d'utiliser Telegram pour leurs communications externes.

Tous les fournisseurs d'accès à internet et les opérateurs téléphoniques «ont le devoir de bloquer totalement à partir d'aujourd'hui l'accès à Telegram», rapporte Mizan, citant la décision du juge. Des journalistes de l'AFP ont constaté que la messagerie restait accessible lundi soir en dépit de cette décision.

Le jugement impose d'empêcher tout accès à Telegram via un logiciel de type VPN («virtual private network», ou réseau privé virtuel), avertissant qu'en cas contraire, «cela sera considéré comme une contravention à l'ordre de la justice et poursuivi», précise Mizan. L'agence ajoute que le tribunal a agi sur la base de nombreuses plaintes contre Telegram, reconnu coupable entre autres de «perturbation de l'unité nationale», d' «incitation à la révolte», d'«espionnage», de propagation «d'écrits et de contenus obscènes [...] encourageant la corruption et la prostitution», d'insulte à l'islam ou encore d' «action contre la sécurité nationale de la part des groupes terroristes».

Un Iranien sur deux utilisateur de la messagerie

Le chef de la police chargé de la lutte contre la criminalité sur Internet, le général Kamal Hadianfar, avait accusé lundi matin Telegram de ne pas coopérer avec les autorités en matière de lutte contre le terrorisme.

Malheureusement, «des réseaux de messagerie comme Telegram ne coopèrent d'aucune façon avec nous», a-t-il déclaré, tandis que 26 personnes comparaissent en justice depuis samedi pour leur implication présumée dans deux attentats revendiqués par le groupe État islamique (EI) et ayant fait 17 morts à Téhéran le 7 juin 2017.

«Ces gens qui sont en train d'être jugés ont utilisé Telegram pour toutes leurs [...] communications entre eux. Malheureusement, le directeur de Telegram ne nous a absolument pas aidés à ce sujet», affirme encore le général Hadianfar cité par Isna, parlant de Pavel Dourov, le cofondateur et PDG du réseau de messagerie.

Ali Khamenei ferme son propre compte

Les autorités iraniennes ont accusé Telegram d'avoir attisé la vague de contestation ayant touché des dizaines de villes d'Iran autour du Nouvel An en permettant la diffusion de messages insurrectionnels diffusés par des groupes en exil. Telegram revendique 40 millions d'utilisateurs en Iran, soit près d'un habitant sur deux. Le réseau, qui permet des communications cryptées, est utilisé au quotidien par des entreprises, des particuliers, des médias et des hommes politiques.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et le président Hassan Rohani ont fermé leur compte Telegram le 19 avril, en même temps que paraissait une directive interdisant à tous les organismes étatiques l'usage des applications de messagerie étrangères pour leurs communications extérieures. Contre Telegram, les autorités iraniennes cherchent à promouvoir des services de messagerie mis au point en Iran.

 

 

IRAN 
Septembre 2018

  18 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions, juillet: 40 exécutions, aout : 28 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions