Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Ce jeudi 12 mai, un bon millier de manifestants ont envahi la rue à Machad, deuxième ville d'Iran. Très remontés, ils dénonçaient le détournement des fonds qu'ils avaient investis dans des agences de placements qui leur promettaient des intérêts en retour.Ces établissemnts soutenus par le régime iranien les ont tout simplement plumés, dévorant toutes leurs économies.

 

Partis de l'avenue Taghi-Abad, ils ont furieusement marché droit sur le gouvernorat. D'autres rassembleements ont aussi eu lieu dans deux points la ville.

Les autorités avaient déployé un dispositif de sécurité massif pour imposer un climat de peur, fermant les cinémas et les passages animés.

La police a chargé, tiré des gaz au poivre. Des dizaines de plaignants lésés et volés par les agences ont été arrêtés et emmenés vers des lieux inconnus.

 

 

Un homme qui avait tout perdu a tenté de se suicider par le feu, arrêté à temps par la foule autour de lui. 

Les médias du régime regorgent des querelles au sein du pouvoir sur les détournements de fonds astronomiques opérés par les autorités, toutes factions confondues. On sait également que le système financier et bancaire en Iran a  été accaparé par les pasdaran, le Guide suprême et les réseaux qu'ils ont montés, et qu'ils jonglent avec des milliards. 

Mais la pauvreté ne cesse de s'étendre dans la société iranienne et le seuil de pauvreté est pratiquement devenu un privilège alors que nombre d'ouvriers et de fonctionnaires comme les enseignants, vivent avec des salaires alignés sur le seuil de survie, bien inférieur, si les salaires sont versés, ce qui n'arrive pas pendant des mois.

La colère monte en Iran.