Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Catherine Ashton nouveau patron de la diplomatie de l'UE a prôné la prudence sur les sanctions renforcées contre l'Iran dans le dossier nucléaire. Cette attitude a de quoi surprendre. Serait-ce une nouvelle poussée de Solana’ite aigüe qui défendait bec et ongle les négociations pour les négociations en prenant bien soin de ne jamais faire le moindre progrès ?  

Mais la question essentielle est bien de se demander pourquoi cette prudence ? Alors que cela fait sept mois que les Iraniens sont dans la rue à demander un changement de régime, à crier au prix de leur vie « Mort au dictateur » et « A bas le principe du Guide suprême », l’UE demande de la prudence dans les sanctions, au nom de qui et au nom de quoi ?

Au nom des Iraniens qui aspirent à la démocratie ? ou au nom des intérêts économiques et commerciaux qui dressent autant qu’ils le peuvent des obstacles à l’avènement de cette démocratie ? Il serait temps que l’UE choisisse de se mettre du côté de la population qui souffre de pauvreté, de crise économique, d’une inflation galopante, en plus d’une répression cruelle. Ce retard inacceptable dans des sanctions qui ne peuvent qu’aider les Iraniens à se débarrasser des mollahs, ne fait qu’encourager la dictature religieuse à opérer des tirs de missiles, à dévorer l’Irak et à exécuter les manifestants sous l’accusation anachronique et jaillie des cendres de l’inquisition « d’ennemis de Dieu ».

Oui Mme Ashton, la prudence pour qui et pourquoi ?