Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Les accrochages se multiplient à la frontière avec le Yémen. La région vit sur un baril de poudre. Les mollahs iraniens s’apprêtent à allumer la mèche

Par Khaled Asmar

MediArabe.info, Beyrouth, 6 novembre  - Depuis l’accrochage de mercredi, faisant un mort et 11 blessés saoudiens, l’Arabie saoudite a massé ses unités et acheminé les renforts depuis la base militaire de Tabbouk (dans le nord), vers sa frontière avec le Yémen.

L’aviation saoudienne a bombardé des positions des rebelles d’Al-Houthi, proches de l’Iran, dans la région de Saada, au Yémen. Riyad affirme que la rébellion y a stationné entre 4.000 et 5.000 combattants, dont des Iraniens et des Libanais du Hezbollah. Aujourd’hui, ces derniers poursuivent les provocations et attaquent des positions saoudiennes. On signale au moins cinq blessés graves.

La guerre qui se déroulait jusque-là entre l’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite par Yéménites interposés, prend une nouvelle tournure, obligeant les Saoudiens à s’y impliquer directement. L’incursion à Jabal Doukhane, mercredi 4 novembre, faisant 1 morts et 11 blessés saoudiens, a poussé ces derniers à réagir. L’armée royale a massé ses troupes et menacé d’écraser les agresseurs. Une dizaine de localités frontalières saoudiennes ont été évacuées et décrétées zone militaire fermée. La population a été évacuée vers des camps de réfugiés, et les écoles fermées jusqu’à nouvel ordre.

Mais l’état d’alerte ainsi décrété, ni les bombardements par l’aviation saoudienne engageant les hélicoptères Apache, les Tornado et les F-15, ni l’artillerie et les chars d’assaut déployés n’ont pas empêché les rebelles pro-iraniens de récidiver. Des combattants zaïdites déguisés en femmes voilées se sont infiltrés, ce vendredi, en territoire saoudien, et ont attaqué un poste frontalier faisant au moins cinq blessés graves parmi les militaires saoudiens. L’armée riposte actuellement et a repris ses bombardements des positions de la rébellion en territoire yéménite.

Il ne fait de doute que nous assistons au lancement d’une nouvelle guerre régionale que cherche l’Iran dans un double objectif : exporter sa crise intérieure consécutive à l’élection frauduleuse et contestée de juin dernier, et détourner l’attention sur son programme nucléaire, après que l’AIEA l’ait accusé d’avoir testé clandestinement des têtes nucléaires. Or, cette guerre régionale aura des répercussions certaines sur tous les pays arabes qui comptent des communautés chiites. La région est sur un baril de poudre. Téhéran et ses mollahs s’apprêtent à allumer la mèche.
 

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE