Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Une réunion du groupe des droits de l’homme du parlement finlandais le 11 mars a été l’occasion de rendre publique, en présence de Maryam Radjavi, une déclaration de la majorité des parlementaires en soutien au soulèvement populaire en Iran et aux droits des résidents d’Achraf.

Le président de la commission de la Constitution Kimo Sasi a remis à la présidente élue de la Résistance iranienne un recueil contenant la déclaration signée par plus d’une centaine de parlementaires, dont six présidents de commission, 11 vice-présidents et des dirigeants de groupes politiques.

Maryam Radjavi a été invitée à prononcer une allocution devant plus d’une centaine de parlementaires, d’assistants et de dirigeants et personnalités politiques.

Les partis de la coalition nationale, du centre, social démocrate, de l'union pour la gauche, des verts, des Suédois et des démocrates chrétiens ont condamné les violations des droits de l'homme en Iran et apporté leur soutien à la Résistance du peuple iranien et aux résidents d'Achraf.

Kimo Sasi a également annoncé la création du Comité parlementaire finlandais pour la liberté en Iran. Ce comité aura notamment pour objectifs de dénoncer des violations des droits humains en Iran, d’intervenir en faveur de la libération de tous les prisonniers politiques et d’obtenir l’arrêt des exécutions en Iran, de pousser l’UE et le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer des sanctions pétrolières  efficaces à ce régime, de soutenir la Troisième Voie préconisée par Maryam Radjavi en vue d'un changement démocratique en Iran et enfin de défendre les droits des résidents d'Achraf.

Maryam Radjavi a également été entendue par le groupe des droits de l’homme du parlement, sous la houlette de son président Ilkka Kantola, où elle a pu détailler la situation en Iran et au camp d'Achraf.

Ce dernier n’a pas caché sa grande préoccupation sur ces deux points, ajoutant qu’il rejoignait Mme Radjavi sur le fait que face à une dictature en quête de la bombe atomique, la meilleure solution restait la démocratie. D’autant plus, a-t-il précisé, que le régime iranien se sert de la religion et représente un immense danger pour la communauté internationale.

 

IRAN 
DECEMBRE 2019

 29 exécutions

Soulèvement national

1500 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 191 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE