Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Time.com, 23 septembre - (NEW YORK) - L'avocat de Donald Trump, Rudolph Giuliani, a déclaré samedi aux membres du gouvernement iranien en exil auto-déclaré que les États-Unis sympathisent avec ses efforts pour renverser le gouvernement officiel de l'Iran.

L'ancien maire de New York s'est entretenu avec des membres et des partisans du Conseil national de la Résistance iranienne, le plus grand groupe d'opposition au régime islamique iranien. Deux membres basés aux États-Unis qui se sont joints au rassemblement ont été la cible d’assassinat par des agents iraniens présumés visés le mois dernier par des mises en examen par le tribunal du district de Columbia, aux États-Unis.

« Je dis donc au gouvernement iranien que vous devez vraiment avoir peur d'être renversé », a dit M. Giuliani. « Nous n'oublierons pas que vous avez voulu commettre un meurtre sur notre territoire. »

Après l'attaque de samedi contre un défilé militaire en Iran qui a tué plus de 20 personnes, la sécurité était serrée autour de plus de 1 500 personnes qui se sont rendues dans un hôtel du centre de Manhattan pour cette conférence.

Giuliani a déclaré que l'organisation d'opposition basée à Paris est la réponse démocratique à un régime iranien qu'il a qualifié de « groupe de hors-la-loi et d'assassins et d'individus qui prétendent être religieux mais qui ont tellement de sang sur leurs mains qu'on a du mal à le concevoir ».

« l'Iran a droit à la liberté »

Pour Giuliani « l'Iran a droit à la liberté et à la démocratie ».

Il y a quelques mois, Trump s'est retiré d'un accord nucléaire avec l'Iran mis en place par le président Barack Obama et les sanctions ont été rétablies.

Le Conseil national de la Résistance se rend chaque année à New York à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations Unies pour manifester devant l'ONU contre les dirigeants iraniens qui se trouvent dans cette ville (...)

Depuis le début de l'année, les Iraniens ne cessent de manifester contre le régime clérical, et la monnaie nationale a perdu environ les deux tiers de sa valeur, a déclaré Maryam Radjavi, leader des moudjahidin du peuple d'Iran, ou OMPI, et présidente élue du Conseil national de la Résistance de l'Iran en exil.

S'exprimant par vidéo, elle a déclaré : « Le régime est encerclé politiquement et internationalement, et en termes économiques, il est au bord de gouffre. »

Le nouvel Iran, a-t-elle dit, sera fondé sur des élections libres qui aboutiront à la séparation de la religion et de l'État, aux droits humains, y compris la participation égale des femmes à la vie politique et à l'abolition de la peine de mort.