Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Reuters - Les exportations de pétrole de l'Iran ont chuté de plusieurs centaines de milliers de barils par jour (b/j) ce mois-ci, a déclaré jeudi une importante société de suivi des pétroliers, suggérant que les sanctions américaines qui ont débuté ce mois-ci ont effrayé de nombreux acheteurs.

Petro-Logistics, dont le siège est à Genève et qui suit l'approvisionnement en pétrole des membres de l'OPEP et d'autres grands exportateurs, a déclaré que les expéditions avaient fortement chuté au début de novembre, les clients attendant de savoir si l'administration américaine allait leur accorder des exemptions.

"Les exportations iraniennes de pétrole brut jusqu'à présent en novembre sont en baisse de plusieurs centaines de milliers de barils par jour par rapport aux niveaux d'octobre ", a déclaré Daniel Gerber, directeur général de Petro-Logistics à Reuters.

"Les faibles volumes que nous avons vus au début du mois sont dus à la réticence des acheteurs à programmer les chargements en attendant des éclaircissements sur les dérogations aux sanctions."

Petro-Logistics n'a pas fourni de chiffres précis sur les exportations de novembre, concédant que les expéditions sont devenues plus opaques depuis que les sanctions sont entrées en vigueur ce mois-ci.

Deux autres sociétés qui suivent également les exportations ont refusé de donner les chiffres de novembre.

Toutefois, une baisse de plusieurs centaines de milliers de barils par jour ramènerait les exportations iraniennes de brut ce mois-ci à près de 1 million de barils par jour, selon les estimations de l'industrie des exportations d'octobre.

L'Iran a exporté 1,85 million de b/j en octobre selon Kpler, une société de renseignements sur les données, et 1,5 million de b/j selon une autre société qui surveille les envois iraniens.

"CACHÉ"

D'autres estimations des exportations ce mois-ci sont encore plus faibles. Selon les données de Refinitiv Eikon, les expéditions ont chuté à environ 100 000 bj à ce jour en novembre. Une autre source a estimé à 340 000 bj au cours de la première moitié du mois.

Ces chiffres, cependant, ne tiennent probablement pas compte de tous les pétroliers qui coupent leur signal AIS, un système de suivi automatique utilisé sur les navires, ce qui les rend effectivement "hors radar".

"Il est incroyablement opaque et la majeure partie du commerce est cachée ", a dit M. Gerber. "Nous pensons que les volumes ont augmenté la semaine dernière."

Les exportations pourraient commencer à augmenter après novembre en raison des exemptions de sanctions américaines accordées à huit acheteurs, ce qui leur permettrait d'importer au moins du pétrole pendant encore 180 jours.

Les expéditions ont considérablement diminué, passant d'au moins 2,5 millions de barils par jour en avril à 2,5 millions de barils par jour avant que le président américain Donald Trump, en mai, ne retire les États-Unis d'un accord nucléaire avec l'Iran en 2015 et ne réimpose des sanctions.

L'Iran s'est engagé à continuer d'exporter du pétrole malgré les efforts des États-Unis pour réduire ses expéditions à zéro.