Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

L'Iran coopère avec la Corée du Nord dans le domaine des armes nucléaires en concluant des accords clandestins avec la dictature pour poursuivre ses ambitions militaires mondiales, selon un document de la Résistance iranienne.

Par SAM STEVENSON

Express (GB) - Les revendications extraordinaires ont été formulées dans un document rédigé par le mouvement officiel de la Résistance iranienne. Le document affirme que de nombreux responsables iraniens se sont rendus en Corée du Nord pour discuter des armes nucléaires. Il intervient après que le secrétaire d'État américain Mike Pompeo ait critiqué l'Iran pour violation des résolutions des Nations unies (ONU) cette semaine.

Selon le document du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), de nombreux responsables iraniens ont eu des discussions clandestines avec la dictature de Kim Jong-un sur la politique nucléaire.

En échange d'équipements militaires, nucléaires et de missiles, le régime iranien envoie du pétrole en Corée du Nord, affirme le document.

Il dit notamment : "Le régime iranien est l'allié stratégique de la Corée du Nord.

"De nombreux responsables actuels du régime, dont Khamenei, l'actuel président Hassan Rohani et Mohsen Rezai, ancien commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI), se sont tous rendus en Corée du Nord pour discuter du programme nucléaire.

Les experts en matière de missiles et d'armes nucléaires de la Corée du Nord sont constamment présents en Iran depuis la guerre Iran-Irak, selon le document du CNRI.

Le document, intitulé " L’armement balistique de l’Iran : La marche vers des "missiles à capacité nucléaire", prétend connaître "l'emplacement exact de l'endroit où les Nord-Coréens se trouvent", affirmant qu’ils sont : "à la fin de l'autoroute de Babaie en direction de l'est, après Morvarid Hall, au complexe Khomeiny."

Il mentionne également les personnes précises qu'il prétend être impliquées.

Selon des informations, les délégués et les commandants du Corps des gardiens de la révolution islamique se rendent régulièrement en Corée du Nord, où Mohsen Fakhrizadeh était présent lors du troisième essai nucléaire effectué par la Corée du Nord le 12 février 2013.

Le document continue d'impliquer Fakhrizadeh, affirmant lors de sa visite en Corée du Nord qu'il a séjourné à l'hôtel Koryo - considéré comme l'un des établissements les plus luxueux de la ville de Pyongyang.

Parmi les révélations de son groupe, Hossein Abedini, représentant du CNRI, a déclaré à Express.co.uk : "Le programme de missiles balistiques a toujours fait partie de la politique régionale néfaste et destructrice du régime iranien.

"Elle constitue l'un des piliers du régime pour garantir la survie de la dictature théocratique."

Le partisan du changement de régime a ajouté : " Le régime a dilapidé d'énormes sommes de la richesse de l'Iran pour investir dans son programme de missiles ces dernières années dans le contexte de ses politiques bellicistes et déstabilisatrices dans la région.

"Le CNRI a identifié et exposé l'emplacement de 42 centres des pasdaran à travers l'Iran impliqués dans la fabrication, les essais et le lancement de missiles balistiques.

"Ces missiles balistiques sont largement basés sur la conception et le modèle nord-coréens."

Les révélations du CNRI sont intervenues après que le Royaume-Uni ait critiqué le régime iranien de Rohani devant le Conseil de sécurité de l'ONU cette semaine avec le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

L'ambassadrice du Royaume-Uni à l'ONU, Karen Pierce, a déclaré : "L'Iran doit prendre des mesures pour répondre sérieusement aux préoccupations de ce Conseil et reconnaître que sa doctrine expéditionnaire et expansionniste en matière de sécurité ne fera que provoquer davantage de défis et conduire à une plus grande instabilité dans la région. "

Entre-temps, M. Pompeo a exhorté l'ONU à interdire les essais de missiles iraniens.

Il a dit : "L'Iran a exploité la bonne volonté des nations et a défié les multiples résolutions du Conseil de sécurité dans sa quête d'une force de missiles balistiques robuste.

"Les États-Unis ne toléreront jamais ça. "

"Aucune nation qui cherche la paix et la prospérité au Moyen-Orient ne devrait non plus."

Le plan d'action global commun - ou l'accord nucléaire iranien - avait pour but de freiner le programme d'armement nucléaire de l'Iran et d'entraver sa capacité de créer une bombe nucléaire.

L'accord a été conclu entre l'Iran et les superpuissances mondiales, la Chine, la France, l'Allemagne, l'Union européenne, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis (qui se sont ensuite retirés sous la présidence de Trump).

A propos de l'accord, M. Abedini a dit : "Il a offert beaucoup de concessions inutiles au régime, qui se trouvait dans une position très faible.

"Il était temps de se débarrasser de toutes ses activités nucléaires, mais malheureusement ils ont fait beaucoup de concessions qui n'ont pas fonctionné et ont rendu le régime plus arrogant."

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 3 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE