Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Les fléaux se succèdent en Iran. Après les inondations qui continuent et une tempête de neige massive dans le nord-ouest, voilà la pire espèce de sauterelles du désert qui a jeté son dévolu sur les provinces du sud et de l'est de l'Iran.  Ce fléau met en danger la sécurité alimentaire du pays.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, a lancé un avertissement à ce sujet, faisant passer l'alerte de jaune à orange.

Les médias officiels ont couvert l’invasion de cette armée de 90 milliards de sauterelles venant d'Afrique par le sud du Golfe persique. Cela signifie une menace directe sur la production agricole céréalière, arboricole et maraichère, car les prédatrices ne laissent rien sur leur passage.

Depuis le mois de janvier, des informations ont tiré la sonnette d'alarme sur l'arrivée de millions de sauterelles du désert. Mais les autorités n'ont pas pris de mesures sérieuses malgré les avertissements de la FAO.

La presse officielle a même écrit : « Bien que l'on attendait des autorités qu'elles réfléchissent sur la manière de bloquer l'avancée des sauterelles, elles se sont croisées les bras et désormais les insectes sont arrivés à Bouchehr. Des nouvelles annoncent que leur nombre se multiplient et qu'elles constituent une grave menace pour l'agriculture."

Ce fléau s'abat sur chaque province, les unes après les autres. Dans la province de Fars, elles ont déjà attaqué les champs cultivés. On dénombre entre 50 à 90 milliards de ces dévoreuses qui s'attaquent à tous les végétaux agricoles, ainsi qu’aux parcs et aux jardins. Elles n'épargnent pas non plus les troncs d’arbres.

Un expert du régime a déclaré que le nombre de ces sauterelles va se multiplier par 5 ou 10 au mois de mai. Dès à présent, on les trouve dans les cultures de la province de Khouzistan, Bouchehr, Fars, Hormozgan, le sud de Kerman et Sistan-Balouchistan.

On attend une nouvelle vague en mai, par nuages de 50 millions de sauterelles. Elles parcourent 200 à 250 km par jour et si le vent est favorable, elles peuvent aller jusqu'à 500 à 1000 km.

Un autre expert du régime de la province de Hormozgan a dit : « 40 points de la province sont aux prises avec les sauterelles qui ont pénétré jusqu'à 200 km. Les autorités s'attendaient à une nouvelle offensive dont on ne connait pas encore l'ampleur. Pour faire face à ce fléau, il faudrait passer au pesticide 150 à 200.000 hectares dans le sud du pays. »

Malheureusement, le régime des mollahs n'a pas prévu de budget pour cette opération d'une importance vitale.

De son côté, la dirigeante de l'opposition iranienne, Maryam Radjavi a appelé l'ONU et la FAO à apporter son aide pour l'épandage d'insecticide biologique aérien et terrien, rappelant que des régions du sud de l'Iran sont aussi en proie aux inondations. Le régime des mollahs a provoqué un déséquilibre de l'environnement et placé l'alimentation quotidienne dans un grave danger, a-t-elle ajouté. La dictature religieuse ne fera rien. C'est pourquoi la FAO doit venir en aide aux agriculteurs iraniens."

Il faut rappeler qu'un essaim de sauterelles en déplacement de taille moyenne mange autant en une journée que des milliers de personnes.