Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Les États-Unis envoient un signal au commandant de la force Qods de l'Iran

Wall Street Journal - Editorial - 6 mai - La Maison-Blanche a annoncé dimanche qu'elle allait déployer un groupe d'attaque de porte-avions et une force opérationnelle de bombardiers dans le golfe Persique. Il ne s'agit pas d'une provocation, mais d'un message de dissuasion pour l'Iran, ses mandataires au Moyen-Orient, et en particulier pour le général de division iranien Qassem Soleimani.

"Les États-Unis ne cherchent pas à faire la guerre au régime iranien ", a déclaré le conseiller à la sécurité nationale John Bolton dans un communiqué. Le porte-avions USS Abraham Lincoln et les navires auxiliaires se trouvaient déjà en Méditerranée et auraient probablement été envoyés dans le Golfe. Mais le déploiement immédiat et les réunions de fin de semaine à la Maison-Blanche ont eu lieu à la suite de renseignements sur une possible menace imminente .

Une réponse violente de l'Iran a toujours été un risque de la campagne de pression maximale de l'administration Trump, qui s'est intensifiée ces dernières semaines. Le mois dernier, les États-Unis ont désigné le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) de l'Iran comme organisation terroriste étrangère. La semaine dernière, les dérogations accordées à huit pays qui achètent encore du pétrole iranien ont expiré.

Malgré les tentatives de l'Europe de se soustraire aux sanctions et de maintenir en vigueur le plan d'action global nucléaire commun de 2015, la campagne américaine fonctionne. L'inflation annuelle en Iran pourrait atteindre près de 40%, selon le Fonds monétaire international, qui prévoit une contraction de 6% de l'économie iranienne en 2019. Les exportations de pétrole sont tombées à environ 1,3 million de barils par jour, en baisse par rapport aux 2,8 millions de barils exportés lorsque les États-Unis se sont retiré de l'accord l'an dernier. Les réserves de change du régime diminueront au fur et à mesure que l'argent du pétrole disparaîtra.

Soleimani, commandant de la Force d'élite Quds, dirige une grande partie de la politique étrangère de l'Iran. Sa carte de visite est toujours une riposte, généralement par l'intermédiaire d'intermédiaires terroristes. Les milices soutenues par l'Iran pourraient cibler les troupes américaines en Irak, mais il ne faut pas écarter la possibilité d'un raid direct des gardiens de la révolution sur les navires ou les diplomates américains. Téhéran pourrait également organiser d'autres tentatives d'assassinat ou d'attentats à la bombe en Occident.

M. Bolton a raison de dire que " toute attaque contre les intérêts des États-Unis ou contre ceux de nos alliés se heurtera à une force implacable ", même si l'on peut se demander si M. Trump y donnera suite. Le président a donné des signaux contradictoires sur la Syrie et plaide publiquement en faveur d'une réduction du rôle des États-Unis au Moyen-Orient élargi. Téhéran pourrait penser qu'en lui imposant des pertes, M. Trump se dérobera aux engagements des États-Unis.

Ce week-end, la République islamique a fourni un exemple opportun de ce à quoi ressemble son pouvoir dans la pratique. Des terroristes ont lancé sans discrimination quelque 700 roquettes sur Israël, provoquant la confrontation la plus meurtrière depuis la guerre de 2014. Ces frappes n'auraient pas eu lieu sans l'approbation de l'Iran, qui a fourni les armes et l'argent au Hamas à Gaza. La frappe de représailles israélienne contre l'intermédiaire financier du Hamas auprès de l'Iran est un autre signe de l'influence malveillante de Téhéran.

Barack Obama a tenté de changer le comportement du régime par la diplomatie mais a échoué. La stratégie d'endiguement et de pression financière de M. Trump vise à forcer l'Iran à retourner à la table des négociations et à réduire ses ambitions régionales et nucléaires. L'histoire de l'Iran suggère que tôt ou tard, il mettra à l'épreuve la détermination de M. Trump.

 

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 3 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE