Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

The New York Post - Il n'est pas vraiment surprenant que le gouvernement iranien ne tienne pas parole, alors pourquoi les dirigeants européens continuent-ils d'y croire ? Appelez la dernière débâcle "l'histoire du pétrolier qui aurait pu".

En juillet dernier, la Marine royal britannique a arrêté un pétrolier iranien, Grace One, dont la destination était clairement la Syrie en violation des sanctions de l'Union européenne.

Il convient de noter que ces sanctions de l'UE concernaient le gouvernement syrien, en raison des innombrables atrocités qu'il a commises pendant la longue guerre civile, et non l'Iran.

Les autorités de Gibraltar ont immobilisé le navire pendant des semaines, même après que l'Iran ait réagi en saisissant un pétrolier battant pavillon britannique, le Stena Impero, dans le détroit d'Hormuz.

Mais à la mi-août, le navire a été discrètement libéré de Gibraltar - après que l'Iran eut promis par écrit de ne pas transporter ses 2 millions de barils de pétrole en Syrie. Les autorités américaines ont alors cherché à saisir le pétrolier, mais aucune nation méditerranéenne n'a voulu l'aider, car il était officiellement à destination de la Turquie.

Pourtant, le navire, rebaptisé Adrian Darya One, s'est amarré au port de ... Tartous, en Syrie. Et le ministère des Affaires étrangères iranien dit même qu'il a maintenant livré sa cargaison "sur la côte méditerranéenne". Entre-temps, le Stena Impero est toujours sous la garde des Iraniens, bien que plusieurs membres de son équipage aient été libérés cette semaine.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a convoqué l'ambassadeur iranien pour un entretien ferme. On va leur montrer !

Leçon n°1 : On ne peut pas faire confiance à l'Iran.

Leçon n° 2 : La politique iranienne préférée de l'Europe - la complaisance - est non seulement faible, mais futile.

 

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

234 manifestants tués

3500 blessés

dans 144 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE