Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Middle East online, 20 janvier - Les Tunisiens ont pris le chemin qui conduit à l’instauration de la loi islamique dans leur pays après avoir renversé un dictateur soutenu par l’Occident, a annoncé mercredi le président Mahmoud Ahmadiniejad.

« Il est très clair que la nation tunisienne s’est élevée contre le dictateur soutenu par l’Occident en utilisant des slogans islamiques, humains, monothéistes et à la recherche de la justice », a-t-il dit à une foule en liesse au centre de la ville de Yazd ».

« En un mot, les Tunisiens sont sur le point d’établir la loi et les règles islamiques » a déclaré l’irréductible dans un discours retransmis en direct à la télévision de l’Etat ».

L’agence de presse Fars a rapporté que les députés du parlement conservateur iranien ont exprimé mardi leur soutien à ce qu’ils ont dit être « le mouvement révolutionnaire » du peuple tunisien.

« Le parlement de la grande nation iranienne soutient fermement le mouvement révolutionnaire du brave peuple tunisien… et il leur souhaite de réussir », mentionne une déclaration signée par 228 membres du parlement sur 290.

« Le cri de recherche de la liberté du peuple de Tunisie a mis fin à la tyrannie et à l’atrocité et a fait naître un sourire sur le visage du peuple opprimé de la Tunisie » indique le communiqué.

Les députés ont dit que la situation actuelle a été créée à cause de la « fiche d’informations noires des pays colonialistes d’Afrique et des longues luttes historiques du peuple avec la tyrannie d’un côté et le désintérêt des besoins du pays de l’autre ».

Le Président du Parlement lui-même, Ali Larijani, a lancé un appel au monde musulman.

« Le monde musulman doit écouter le cri du peuple tunisien (…) Ce cri démontre clairement qu'ils ne sont pas satisfaits des longues années de dictature et de pressions » aurait-il dit sur le site web de la télévision d’Etat.

Dimanche, Larijani avait accusé « Les Etats-Unis et quelques pays occidentaux » des malheurs des tunisiens et désigné de « très drôles » leur réaction face aux troubles.

Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères, Ramin Mehmanparast a dit que Téhéran était « inquiet » de la situation en Tunisie après l’expulsion de l’obstiné Zine El Abidine Ben Ali dans une révolte populaire.

« Nous entretenons de bons liens avec cette nation, et nous espérons qu’ils atteindront leurs principales revendications le plus tôt possible dans la paix, la sécurité et la stabilité », a-t-il dit.

  Mardi, des milliers de personnes se sont rassemblées dans plusieurs villes au centre de la Tunisie, exigeant que les membres de l’ancien régime soient exclus du nouveau gouvernement du pays.

Cette révolte a été déclenchée par le suicide d’un diplômé universitaire à qui la police avait interdit de vendre des fruits et des légumes pour gagner sa vie.

http://www.middle-east-online.com/english/?id=43755