Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

worldtribune .com  – Le Conseil de Coopération du Golfe a préparé un plan visant à expulser des milliers d’agents iraniens présumés. Des sources diplomatiques arabes ont révélé que les six pays du CCG ont discuté une proposition visant à découvrir les quelques 20.000 chiites qui entretiennent des liens avec l'Iran. Ces sources ont dit que de nombreux agents ont été actifs en 2011 et représentaient une menace pour la sécurité du CCG.

« Pendant des années, le CCG entendait parler de ces gens, mais regardait ailleurs », a indiqué un diplomate. "Nous ne pouvons plus regarder ailleurs ».

Le quotidien koweïtien As-Siyassa a indiqué que le plan du CCG visait à expulser des milliers de chiites libanais ayant des liens avec le Hezbollah et les gardiens de la révolution de l’Iran. Le journal, dans un article du 24 mars, a déclaré que le plan avait été élaboré dans le sillage des rapports de renseignements stipulant que des chiites libanais avaient été recrutés pour manifester au Bahreïn et en Arabie saoudite.

D’après une source diplomatique, « aucun chiite libanais lié ou soupçonné d’être associé au Hezbollah et au gardiens de la révolution ne restera dans le Golfe ».

On dit que le CCG a reçu des renseignements du Bahreïn, de la France et des États-Unis sur l'arrivée d'agents du Hezbollah et des pasdarans dans les Etats sunnites du Golfe. As-Siyassa a déclaré que  d’après les rapports de renseignement, les agents des pasdaran et du Hezbollah dirigeaient des manifestations contre le régime au Bahreïn et en Arabie saoudite.

Le 27 mars, on a signalé que le Qatar a capturé deux bateaux iraniens chargés d'armes près du Bahreïn. Le portail d’informations koweïtien Al Aan a publié que les navires iraniens ont été retenus à Zubara dans le nord du Qatar.

Au même moment, le Bahreïn a arrêté des agents présumés du Hezbollah. Il a également bloqué les vols au départ de l'Iran, l'Irak et le Liban.

"Le Hezbollah a assuré la formation de ces gens", a dit la ministre du Développement Social du Bahreïn, Fatima Al Balushi.

Au Koweït, le Parlement a cherché à étudier la présence iranienne dans l’émirat du CCG. Le parlementaire koweïtien Moubarak Al Waalan a exigé que le gouvernement fournisse des informations sur le personnel de l'ambassade iranienne ainsi que sur la façon de vivre et de travailler de nombreux Iraniens au Koweït. La communauté iranienne aurait considérablement augmenté depuis 2003.