Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif- Les Moudjahidine du peuple, principal mouvement de lutte armée contre le gouvernement iranien, ont démenti tout lien avec l'un des Iraniens accusés par les Etats-Unis d'avoir planifié l'assassinat de l'ambassadeur saoudien à Washington, comme l'a affirmé samedi Téhéran.

"Ces mensonges trahissent l’impuissance d’un régime frappé de crises qui, vu le sort du dictateur libyen, la révolte en Syrie, l’effondrement de son front régional et la montée des hostilités au sein du pouvoir, sent venir son propre renversement", a affirmé l'organisation dans un communiqué à l'AFP.

Dans une lettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, l'Iran a affirmé samedi que "la personne accusée par les responsables américains appartient au groupe terroriste des moudjahidine du peuple".

La lettre, qui ne cite pas explicitement le nom de ce suspect, fait apparemment allusion à Gholam Shakouri, accusé par le FBI d'appartenir aux forces spéciales "Qods" des Gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime iranien.

Selon la justice américaine, M. Shakouri aurait été le contact en Iran du principal accusé dans cette affaire, l'Irano-américain Mansour Arbabsiar, inculpé d'avoir tenté de recruter des trafiquants de drogue pour assassiner l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Washington.

Par ailleurs, plusieurs personnalités, dont l'ancien commissaire européen Peter Mandelson, ont appelé samedi à Paris l'UE, les USA et l'ONU "à intervenir de toute urgence pour faire annuler la date butoir" que le gouvernement irakien a imposée pour la fermeture fin 2011 du camp d'Achraf, au nord de Badgad, où vivent quelque 3.400 Moudjahidine.

Le camp d'Ashraf a été désarmé après l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis et leurs alliés, en 2003. Les Américains ont alors assuré la sécurité du camp avant de la transmettre en 2010 aux Irakiens.

Les Moudjahidine sont depuis lors un sujet de contentieux entre Bagdad et Téhéran. En avril, l'armée irakienne avait lancé un raid contre le camp, causant la mort de 34 personnes et faisant plus de 300 blessés.

(AFP)