Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Le guide suprême iranien a ordonné aux gardiens de la révolution du pays d'intensifier leur campagne d’attentats terroristes contre l’Occident et ses alliés en représailles de leur soutien au renversement du président Bachar al-Assad en Syrie.
 
Par Con Coughlin

Daily Telegraph (GB), 22 aout - Selon des autorités des services de renseignement occidentaux, l’ayatollah Ali Khamenei a donné cet ordre à l'unité d'élite de la Force Qods à la suite d’une réunion d’urgence récemment du Conseil de sécurité nationale iranien à Téhéran, tenue pour examiner un rapport commandé spécialement sur les conséquences pour l’Iran de la chute du régime d’Assad.

Damas est le plus important allié régional de l'Iran, et la survie du régime d’Assad est considérée comme vitale pour soutenir la milice pro-iranienne du Hezbollah qui contrôle le sud Liban. 
 
Le rapport, commandé par Mr Khamenei en personne, conclut que les intérêts nationaux de l’Iran sont menacés par une combinaison des sanctions de l'O.N.U. imposées sur le programme nucléaire iranien et le soutien continue de l’Occident aux groupes d’opposition syriens qui tentent de renverser leur gouvernement.  
Les officiels du renseignement indiquent que le rapport conclut que l’Iran « ne peut resté passif » face aux nouvelles menaces posées à sa sécurité nationale, et prévient que le soutien occidental à l'opposition syrienne met en danger le « front de résistance » de l'Iran, et pourrait sérieusement couper l'accès de l'Iran au Hizbollah libanais.
 
Il recommande que le régime iranien démontre à l’Occident qu'il y a « des lignes rouges » sur ce qu’il acceptera en Syrie, et qu'un avertissement doit être envoyé «à l’Amérique, aux sionistes, à la Grande-Bretagne, à la Turquie,  à l’Arabie saoudite, au Qatar et aux autres qu'ils ne peuvent pas agir avec impunité en Syrie et ailleurs dans la région ».  

Mr Khamenei a répondu en donnant une directive à Qassem Suleimani, le commandant de la Force Qods, pour intensifier des attaques contre l’Occident et ses alliés dans le monde.  

La Force Qods a été impliquée récemment dans une série d’attentats terroristes contre des cibles occidentales. L’année dernière les autorités américaines ont accusé l'organisation d’implication dans une tentative d’assassinat contre l’ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington. Elle a aussi trempé dans trois attentats à la bombe contre des diplomates israéliens en février, la préparation d’un attentats contre le concours de chant Eurovision en  Azerbaïdjan, tandis que deux Iraniens ont été arrêtés au Kenya le mois dernier pour détentions d’explosifs. 
 
Les responsables du renseignement pensent que la récente série d'attaques a été menée par l'Unité 400 de la Force Qods qui mène les opérations spéciales à l’étranger. 
 
« L’unité 400 paraît avoir été impliqué dans toutes les récentes opérations terroristes iraniennes », a dit un haut membre des services secrets occidentaux. « Le régime iranien paraît maintenant déterminé à se venger de ce qu'il considère comme des tentatives de l'Occident pour influencer le résultat des troubles en  Syrie. »  

L'Iran a activement supporté les tentatives du régime d’Assad de réprimer la vague des protestations anti-gouvernementales qui a éclaté mars de l’an dernier. L'opposition iranienne prétend que des équipes d’officiers expérimentés des gardiens de la révolution se rendent à Damas dans des vols iraniens spécialement affrétés à un rythme hebdomadaire pour conseiller le régime d’Assad.
 
L'ampleur du soutien de l’Iran au régime d’Assad a été révélée plus tôt ce mois quand 48 Iraniens ont été capturés et pris en otage par les combattants de l'opposition syrienne. Les Iraniens, parmi lesquels figureraient des officiers supérieurs des gardiens de la révolution, ont prétendu être en « missions de reconnaissance », et leur capture par les combattants de l'opposition syrienne a profondément embarrassé Téhéran qui demande leur retour sain et sauf immédiat en Iran. Les rebelles syriens ont menacé de tuer les otages si l'Iran ne met pas fin à son soutien au régime d’Assad.