Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Difficile de prime abord de ne pas réprimer un sourire en entendant le président libanais demander en feignant la surprise - on n'oserait dire l'indignation car ce serait un aveu de grande naïveté politique, denrée rare au Moyen-Orient mais très répandue en Occident - demander, donc, des comptes au régime iranien sur la présence de commandants des gardiens de la révolution sur son territoire. 

Comme si le gouvernement libanais ne savait pas que son pays est un clafouti fourré de milices, d'armes et de terroristes savamment agencés  et mitonnés à la sauce des pasdaran qui gardent la haute main sur la température du four.

Tous ces attentats, assassinats, prises d'otages, explosions diverses de voitures piégées, chantages et guerres, n'auraient donc été que le fruit du hasard ou des méandres complexes de la politique au Moyen-Orient ? On n'a pourtant pas de mal à y voir une belle harmonie avec l'arrivée de Khomeiny au pouvoir en Iran suivie illico de la création des pasdaran et des tentacules de la pieuvre, notamment au Liban avec le Hezbollah en premier rejeton de l'hydre.

Cependant, en y regardant de plus près c'est bien la première fois que le gouvernement libanais fait preuve d'audace pour se débarrasser de la tutelle terroriste des mollahs de Téhéran. Et c'est pour ça qu'il faut l'encourager vu qu'il est le seul à bien mesurer sur le terrain le prix d'une telle question.
En soi elle est assez révélatrice de la perte de terrain de Téhéran et de la crise dans laquelle les mollahs s'enfoncent.  C'est le drapeau du bateau qui coule de Bashar al-Assad qui fait trembler la maison du guide suprême. Ce dernier ne voit pas de plan  de sortie pour sauver armes - le Hezbollah - et bagages - le Hamas - et en réchapper lui-même. Si auparavant les pasdaran se trouvaient en pays conquis pour y faire régner la terreur du guide suprême, ils sont là désormais, la queue entre les jambes, pour tenter de sauver  les restes.

IRAN 
OCTOBRE 2019

 16 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE