Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

AFP, 26 décembre - Des manifestants en colère contre le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki ont bloqué mercredi la principale route reliant l'Irak à la Jordanie et à la Syrie, certains se disant prêts à une révolution, selon un correspondant de l'AFP.

 

Des milliers de protestataires ont manifesté à Ramadi et Samarra, capitales de deux provinces majoritairement sunnites situées dans l'ouest et le centre de l'Irak, pour dénoncer les actions menées à l'encontre de leur communauté par M. Maliki, un chiite.

Le ministre des Finances, Rifaa al-Issawi, un sunnite dont au moins neuf gardes ont été arrêtés sous des accusations de "terrorisme le 20 décembre, a participé au rassemblement de Ramadi et s'est engagé à emmener un représentant des manifestants "pour négocier avec Bagdad".

Mais les manifestants, qui ont bloqué l'autoroute reliant la capitale irakienne à la Jordanie et à la Syrie, ont répondu : "Nous voulons seulement une révolution".

"Nous ne négocierons pas et nous ne partirons pas", a déclaré l'un des meneurs des protestataires, Ali Hatem Souleimane, lors d'un discours. "Si nos demandes ne sont pas satisfaites, il n'y a pas d'autre (option) pour nous que de prendre les armes contre le gouvernement".

Il a notamment réclamé l'annulation de la législation fédérale anti-terrorisme, qui selon lui vise particulièrement les sunnites.

Des centaines de protestataires se sont également rassemblés à Samarra, la capitale de la province de Saleheddine, en scandant que M. Maliki était un "lâche" et un "agent de l'Iran", pays majoritairement chiite.

Quelque 2.000 Irakiens avaient déjà manifesté à Ramadi et bloqué l'autoroute, pour réclamer le départ de M. Maliki.

Les tensions confessionnelles sont toujours importantes en Irak, théâtre en 2006-2007 d'une vague de violences de ce type dans lesquelles des dizaines de milliers de personnes avaient été tuées.

 

IRAN 
DECEMBRE 2019

 29 exécutions

Soulèvement national

1500 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 191 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE