Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif – L’échec de la politique de complaisance, couplé à la sortie de liste noire de la principale opposition iranienne, les Moudjahidine du peuple d’Iran, semblent avoir sorti Washington de son hybernation en lui permettant d’ouvrir des yeux tout ronds de surprise sur l’immense toile d’araignée mise en place par les services secrets iraniens, y compris aux USA ; déploiement à vrai dire opéré avec l’onction des jusqu’auboutistes de la complaisance avec les mollahs.

 

Le Pentagone s’est fendu d’un dossier choc sur les méthodes de recrutement et d’actions du Vevak, le service de renseignement iranien, et de ses agents qui avaient jusqu’à présent leurs entrées dans tous les médias et les milieux politiques, encensés et auréolés. Il est bon de savoir que ce rapport vient confirmer ce que la résistance iranienne n’a cessé de dénoncer durant des dizaines d’années. Mieux vaut tard que jamais. Le 4 janvier CNN diffusait un reportage à ce sujet. Reste à parier que l’onde de choc de ce rapport soit salutaire pour réorienter dans le bons sens la lutte contre le terrorisme :

CNN, 4 janvier – Washington a déclaré avoir reçu de nouvelles informations sur les services de renseignement iraniens disant que le régime compte des dizaines de milliers d’agents secrets qui préparent des opérations terroristes à travers le monde et répriment le mécontentement en Iran.

Selon le rapport rédigé par des chercheurs officiels pour le Pentagone, des plans d’opérations terroristes, des attentats à la bombe et la guerre cybernétique, sont des tactiques utilisées à travers le monde par les services secrets iraniens, qui constituent la plus grande et la plus agressive opération d’espionnage au monde.

Se rapport indique que le ministère du renseignement et de la sécurité iranien compte 30.000 agents, que l’on peut comparer aux plus de 100.000 personnes que les 17 agences du renseignement américain emploient.

Pour la sécurité nationale américaine et occidentale, quelles sont  les opérations les plus dangereuses que peuvent mener les services de renseignement iranien ?

La plus dangereuse reste un attentat terroriste, dit un ancien agent du renseignement américain. Cela fait des dizaines d’années qu’ils ont mis en place des réseaux avec les autres groupes terroristes. Par conséquent il ne leur est pas nécessaire d’agir eux-mêmes et ils peuvent se contenter de les mettre au point et d’encourager les autres à mener des actions terroristes contre les Etats-Unis, explique cet ancien agent.

Il précise que ce genre d’opérations a été confié désormais à la Force Qods. Qods est une unité militaire secrète iranienne, qui est une branche du corps des gardiens de la révolution.

Quel est le travail le plus important du ministère du renseignement à l’heure actuelle ? Selon cet ancien agent, il sert d’abord à la répression interne. Ils savent parfaitent comment harceler la population.

Le rapport explique aussi que la Force Qods est active en Syrie. Qods soutient les troupes de Bachar Al-Assad.

Peter King, membre de la Chambre des représentants américaine et président de la commission de la sécurité intérieure a affirmé que le régime iranien possède des espions dans sa délégation à l’ONU et dans sa représentations diplomatique à Washington.


Peter King avait fait ces déclarations après la neutralisation d’un complot terroriste contre l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis. L’Irano-américain impliqué dans ce complot et qui a reconnu les faits, avait déclaré avoir travaillé avec des militaires iranienspour mettre au point cet attentat. C’est ensuite que Peter king. C’est ensuite que Peter King avait demandé des représailles contreles diplomates du régime iranien, disant que « nous devons nous débarrasser d’eux tous aux Etats-Unis ou au moins d’une partie et les expulser, et ce faisant leur envoyer un signe clair. »