Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - Le régime iranien ne cache plus son jeu : "Si la Syrie tombe, on perdra Téhéran". Voilà ce que l'(on peut lire dnas un communiqué révélateur du CNRI. Le mollah Taeb, proche de Khamenei et commandant de la base Amar, un organe de répression, a reconnu que l’existence-même du régime des mollahs dépend de la dictature syrienne. Le 14 février, dans une réunion de miliciens du Bassidj des universités il a expliqué que « la Syrie est notre 35e province stratégique. Si l’ennemi nous attaque et veut s’emparer de la Syrie ou du Khouzistan, la priorité pour nous est de conserver la Syrie, parce que si nous gardons la syrie, nous pourrons reprendre le Khouzistan, mais si nous perdons la Syrie, nous ne pourrons garder Téhéran. »

« A présent nous sommes occupés en Syrie et notre ligne de front est là-bas, où nous affrontons toute l’Arrogance (l’ennemi) (...) La Syrie avait une armée mais cette armée n’était pas en mesure de mener la guerre dans les villes syriennes, c’est pourquoi l’Iran a proposé, afin de mener cette guerre urbaine, de former une milice du Bassidj. La milice syrienne du Bassidj est composée de 60.000 Hezbollahis auxquels l’armée a délégué les combats de rues. »

Taeb est un des proches les plus criminels de Khamenei. Commandant des voyous du Ansar Hezbollah, c’est un des principaux cerveaux et auteurs de la répression, notamment du soulèvement de 2009. Il est aujourd’hui commandant de la base Amar, un organe de répression chargé de la cyberguerre contre « l’agression culturelle ». Il figure au nombre des mollahs et des pasdaran les plus féroces comme Saïd Ghassemi, Hossein Allakaram, Mehdi Mandegari, Mehdi Kouchekzadeh, Hamid Ressaï et Ravanbakhsh, tous fondateurs et chefs d’organes répressifs.

Auparavant, Khamenei avait martelé aux dirigeants de son régime que « la Syrie est la ligne de front stratégique de notre régime. Ainsi donc, malgré la situation difficile et complexe il ne faut pas désespérer et nous devons soutenir Assad jusqu’au bout ». Velayati, conseiller de Khamenei, avait qualifié la Syrie de « maillon en or de la résistance » avant d’ajouter : « si la Syrie n’avait pas assuré le soutien logistique du Hezbollah, le Hezbollah n’aurait pu remporter la guerre de 33 jours et le Hamas la guerre de 22 jours. La Syrie joue un rôle clé particulièrement sensible dans la région dont dépend la fermeté ou l’instabilité de la politique de résistance ; c’est pourquoi attaquer la Syrie revient à attaquer l’Iran et les alliés de l’Iran. » (presse officielle en Iran du 26 janvier 2013).

Larijani lui aussi dans un entretien avec des autorités du régime syrien avait déclaré que « l’Iran ne cessera pas de soutenir la Syrie et son président Bachar El-Assad. » (TV Al-Jazira, 25 novembre 2012)

Les déclarations chocs du mollah Taeb et des autres dirigeants du régime iranien rendent plus que jamais nécessaire une intervention urgente de la communauté internationale pour faire cesser la participation active et tous azimuts du régime des mollahs, des gardiens de la révolution et de la force terroriste Qods dans le massacre de la population syrienne, violant de manière flagrante les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

IRAN 
DECEMBRE 2019

 29 exécutions

Soulèvement national

1500 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 191 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE