Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif (avec AFP) – L 'Iran a ouvert deux lignes de crédit d'un montant total de quatre milliards de dollars à Damas et envisage d'en accorder une troisième pour aider le pays frappé par un embargo international, a indiqué le gouverneur de la Banque centrale de Syrie.

« L'Iran continue de soutenir la Syrie, en ouvrant une ligne de crédit d'un milliard de dollars pour financer l'importation de différents produits, et une autre ligne de crédit de trois milliards de dollars pour financer les besoins du pays en pétrole et produits dérivés », a déclaré Adib Mayalé, cité lundi par le quotidien gouvernemental Techrine.

 

Cependant, l'ancien président du régime iranien, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, a révélé le 22 mai, que l’Iran avait contracté une dette stupéfiante de 500.000 milliards de tomans - soit environ 500 milliards de dollars - et qu'il n'y avait « plus d'argent » : « « Il n'y a plus d'argent et s’il y en a, on ne peut pas le transférer dans ce pays. Nous avons donné avec optimisme notre monnaie étrangère à la Chine et ils l’ont changé en Yuan et nous ont dit ensuite qu’au lieu de nous rendre de l'argent, ils nous donneraient des biens, mais ils ne nous ont rien donné du tout. »

Il reste à parier que ces milliards alloués au dictateur Bachar Assad pour massacrer davantage de Syriens seront une foi s de plus prélevés sur le peuple iranien pris à la gorge par la misère, la crise économique et le chômage.
Des informations ont fait état à plusieurs reprises de prêts secrets de Téhéran à Damas dont les réserves en devises se sont amenuisées depuis le début de la révolte populaire contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011.