Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif (avec Belga) - Un diplomate iranien soupçonné d'être impliqué dans un projet d'attentat contre un rassemblement d'un groupe d'opposition iranienne en France a été remis mardi à la Belgique, indique le parquet fédéral.

L'homme qui tenait un poste diplomatique en Autriche et a été identifié par l'opposition iranienne comme Assadollah Assadi, 46 ans, fait partie des suspects interpellés en Allemagne, Belgique et France fin juin-début juillet et suspectés d'avoir préparé une attaque contre un rassemblement d'opposants au régime iranien le 30 juin dernier près de Paris.

Les différents suspects auraient prévu de mener une attaque contre le rassemblement annuel le 30 juin à Villepinte, au nord de la capitale française, des Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK), un parti d'opposition iranien, interdit par Téhéran. Assadollah Assadi, attaché à l'ambassade de Vienne, ferait partie du ministère iranien des renseignements et de la sécurité et aurait eu pour tâche de surveiller et de lutter contre les groupes de l'opposition iranienne à l'étranger.

En mars 2017, il aurait demandé à un couple iranien vivant en Belgique de planifier un attentat à l'explosif contre le rassemblement de l'OMPI. En juin, il lui aurait fourni des explosifs à Luxembourg. Le couple a été arrêté le 30 juin, en possession de 500 grammes de TATP, un explosif artisanal très instable.