Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Washington Examiner - Le 8 octobre, un tribunal révolutionnaire en Iran a publié des actes d'accusation préliminaires contre cinq écologistes qui avaient été arrêtés plus tôt cette année. Tous les cinq ont été accusés d'avoir utilisé des projets environnementaux comme couverture pour recueillir des informations stratégiques classifiées, une accusation qui peut entraîner une condamnation à mort.

Dans les milieux universitaires iraniens, il existe une opinion largement répandue selon laquelle le Corps des gardiens de la révolution a enfermé des écologistes parce qu'ils ont une connaissance potentielle de l'emplacement des installations où des isotopes radioactifs et des produits chimiques toxiques peuvent contaminer le sol.

Pour mesurer le rayonnement de fond et la contamination chimique d'une certaine zone, il faut la traverser avec un détecteur de rayonnement ou prélever des échantillons de sol. Cela peut expliquer la paranoïa des agents des services de renseignements iraniens qui détiennent des dizaines d'écologistes et confisquent leurs appareils électroniques dans diverses régions du pays. La carte des détentions donne une bonne idée de l'emplacement des sites sensibles.

Parmi les environnementalistes menacés d'exécution ou de longues peines de prison figure un citoyen américain, Morad Tahbaz, diplômé de l'Université Columbia et co-fondateur de la Persian Wildlife Heritage Foundation. Les membres de la Fondation se sont ouvertement opposés à l'installation d'installations souterraines de lancement de missiles et d'armes nucléaires sur des terres protégées. Son directeur général, le citoyen canadien Kavous Seyed-Emami, détenu en janvier dernier avec Morad Tahbaz et sept autres personnes, est mort à la prison d'Evine peu après son arrestation.

Avant sa détention, Seyed-Emami enseignait la sociologie à l'Université Imam Sadeq de Téhéran. Selon sa famille, c'était l'homme le plus heureux du monde. Les autorités ont affirmé qu'il s'était suicidé dans sa cellule mais ont refusé la demande d'autopsie indépendante de la famille. Sa veuve a été interrogée et interdite de retour au Canada, son passeport lui a été confisqué.

À peu près au même moment, les forces de sécurité ont brièvement arrêté le chef adjoint du ministère iranien de l'Environnement, Kaveh Madani. Scientifique éduqué aux États-Unis et récipiendaire de prix internationaux, M. Madani avait été salué l'an dernier par le président iranien Hassan Rohani comme un exemple de l'inversion de l'exode des cerveaux du pays. Après sa libération après trois jours de détention, Madani a accepté un poste de professeur au Centre for Environmental Policy de l'Imperial College à Londres et a quitté l'Iran.

De nombreuses organisations de défense des droits de l'homme et des médias se sont mobilisées pour la défense des écologistes emprisonnés. Amnesty International a accusé les gardes révolutionnaires de torturer des prisonniers et a exigé une enquête indépendante sur la mort du professeur Seyed-Emami. En avril dernier, 800 scientifiques iraniens de l'environnement ont signé une lettre adressée au président Hassan Rohani pour protester contre la détention illégale de leurs collègues.

En réponse, Rohani a nommé un comité d'enquête composé de hauts fonctionnaires du gouvernement. En mai dernier, le panel a conclu que les écologistes accusés n'avaient commis aucun délit. Cela n'a toutefois pas conduit à leur libération, ce qui indique une lutte entre les représentants élus et les membres du Corps des gardiens de la révolution qui relèvent directement du dirigeant iranien, Ali Khamenei.

Les Gardiens de la révolution sont de facto responsables de toutes les affaires que l'on croit liées à la sécurité nationale. En août dernier, le ministère de l'Environnement a reçu l'ordre de cesser ses efforts pour prouver que les écologistes n'ont rien fait de mal. Un avertissement contre " l'ingérence dans les affaires judiciaires " a été adressé à Issa Kalantani, responsable du ministère de l’Environnement.

Le secret entourant la détention des environnementalistes ne laisse aucun doute sur sa relation avec les programmes militaires. Les prisonniers sont détenus au secret depuis janvier, aucune visite n'est autorisée. On leur a demandé de choisir des avocats à partir d'une liste préapprouvée de 20 noms qui ne comprenaient pas d'avocats spécialisés dans les droits humains. Cette exigence étant en place, les accusés n'ont pas eu accès à leurs avocats jusqu'à présent.

Une fois mise en marche, la machine d’inquisition du XXIe siècle ne s'arrêtera pas tant que les victimes ne seront pas écrasées. Les premières inculpations prononcées ce mois-ci à l'encontre des écologistes ouvrent la voie à des procès devant le Tribunal révolutionnaire - un organe des pasdaran- présidé par l'un de ses "juges suspendus". Ce sera une autre page honteuse dans l'histoire du pays connu comme le berceau de la civilisation.

 

IRAN 
Novembre 2018

  14 exécutions

(Janvier: 22 exécutions, février: 17 exécutions, mars: 12 exécutions, avril: 33 exécutions, mai: 19 exécutions, juin: 17 exécutions, juillet: 40 exécutions, aout : 28 exécutions; septembre : 33 exécutions; octobre : 25 exécutions)

-----------------------------

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 : 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions