Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - L'expulsion d'Albanie de l'ambassadeur d'Iran et d'un autre diplomate terroriste n'est pas le fruit du hasard. Le régime iranien a tenté cette année de mener une opération terroriste d'envergure dans ce pays contre son opposition démocratique, l'OMPI, comme il a tenté de le faire en France en juin.

Opération terroriste en Albanie [1]

Un attentat planifié par le ministère du Renseignement des mollahs, le Vevak et son antenne à l’ambassade de Tirana contre un rassemblement des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) à l’occasion du nouvel an iranien en Albanie a été neutralisé par les services de sécurité albanais en mars 2018.[2]

Le 19 avril 2018, dans un entretien avec la chaîne de télévision « Vision Plus », Edi Rama, le premier ministre albanais a évoqué la menace terroriste contre son pays venant du régime iranien, affirmant que son gouvernement allait agir, de concert avec d’autres pays européens, contre le terrorisme.[3]

Le 5 juillet 2018, le Département d’Etat américain a confirmé l’arrestation, le 22 mars 2018, de deux agents iraniens soupçonnés de terrorisme par les autorités albanaises.[4]

Après avoir déjoué l’attentat contre le grand rassemblement des Iraniens à Villepinte, près de Paris, et l’arrestation d’Assadollah Assadi, des sources policières belges ont également cité les services de sécurité d’Albanie comme l’une des organisations ayant participé à ces opérations communes.[5]

Le 9 août 2018, dans un entretien avec la chaîne Fox News, Pandeli Majko, ancien premier ministre albanais et actuel ministre chargé des expatriés albanais, a précisé que « les autorités américaines m’ont conseillé de renforcer les mesures pour ma protection personnelle, en raison des informations qu’elles avaient reçues sur les menaces contre ma vie », ajoutant que « lL’Iran mène une stratégie sans précédente dans la région ».[6]

Suite à la décision du gouvernement albanais d’accueillir, depuis mai 2013, les membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) qui subissaient des attaques à la roquette et des tueries commises par les agents du régime iranien en Irak, Téhéran a installer ses agents de renseignements dans son ambassade à Tirana.

L’Albanie étant un petit pays, l’ambassade du régime iranien n'y comptait que deux ou trois membres tant à l’époque du chah qu'à celle des mollahs. Mais après l’installation de l'OMPI, cette ambassade est devenue l’une des plus grandes et des plus importantes des mollahs en Europe.

Le régime a d’abord chargé Fereidoun Zandi-Aliabadi, un officier du Vevak, de créer une antenne de renseignement à son ambassade à Tirana. Zandi a dirigé cette antenne de 2014 à 2017 [7] procédant à la collecte d'informations sur l'OMPI et au repérage de leurs centres d’installation.

Dans un deuxième temps, Gholamhossein Mohammadinia, vice-ministre chargé des affaires internationales au Vevak, et membre de la délégation du régime au cours des négociations avec les pays 5+1 sur le dossier nucléaire, a été nommé ambassadeur à Tirana en 2016.[8] Avec cette nomination, l’ambassade a été placée totalement sous le contrôle des officiers du renseignement.

En 2017, Mostafa Roudaki,[9] ancien chef d’antenne du Vevak en Autriche, a été muté à la tête de l'antenne du ministère en Albanie afin de multiplier les activités d’espionnage et terroristes contre l'OMPI installée dans ce pays. Le poste du Vevak en Autriche a alors été occupé par Assadollah Assadi. Ce dernier est le diplomate iranien arrêté en Allemagne pour avoir participé à la préparation d’un attentat à la bombe visant le grand rassemblement en faveur du Conseil national de la Résistance, en juin dernier à Villepinte au nord de Paris, attentat déjoué par les services de polices européens.

 

[1] Extrait du rapport de la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI-août 2018

[2] « Alors même que l’Union européenne tente de protéger le régime de Téhéran face aux sanctions américaines, ce dernier se lance dans des complots terroristes en Europe », Adam Shaw, Fox News, 9 juillet 2018

[3] Entretien d’Edi Rama avec la chaîne Vision Plus, 19 avril 2018

[4] « Les activités opérationnelles en Europe attribuées à l’Iran, 1979-2018 », Rapport factuel du Département d’Etat américain, 5 juillet 2018

[5] Site d’information BuzzFeed, 11 juillet 2018

[6] « Alors même que l’Union européenne tente de protéger le régime de Téhéran face aux sanctions américaines, ce dernier se lance dans des complots terroristes en Europe », Adam Shaw, Fox News, 9 juillet 2018

[7] Communiqué de la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI, 3 décembre 2014

[8] Communiqué de la Commission de la sécurité et du contre-terrorisme du CNRI, 5 février 2018

[9] Idem.

IRAN 
JUIN 2019

 19 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE