Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

VOA - Le metteur en scène iranien Hossein Parsaee qualifie le classique de Victor Hugo de "chef-d'œuvre sans frontières", mais sa production révolutionnaire "Les Misérables", qui a fait son entrée sur scène à Téhéran, a quelques rebondissements uniques.

Pour commencer, aucune des actrices n'a le droit de révéler ses propres cheveux, et au cas où leurs perruques auraient l'air trop naturelles, l'affiche publicitaire de l'exposition porte une notice rouge vif soulignant que leurs boucles sont fausses.

Les acteurs et les actrices ne se touchent pas non plus les mains, ni n'ont aucun autre contact physique pendant toute la durée de la comédie musicale.

Après tout, c'est la capitale de la république islamiste, même si la superproduction dans le luxueux hôtel Espinas est loin des stéréotypes habituels sur l'Iran.

Les concessions à l'opinion du gouvernement sur les règles islamistes sont souvent subtiles.

Il y a, par exemple, toujours au moins une autre voix qui accompagne une actrice lorsqu'elle chante - car les solos féminins sont tabous - bien que repérer la deuxième voix puisse être difficile.

Tous les autres éléments de base d'une comédie musicale à gros budget sont ici : un orchestre live, de la neige carbonique et des spectacles de lumière éblouissants.

Avec une distribution, une équipe et un orchestre de plus de 450 personnes, la production s'est produite à guichets fermés à 2 500 personnes pendant six soirs par semaine depuis ses débuts en novembre.

« C'était parfait »

C'était une foule essentiellement jeune et bien nantie lors de la visite récente de l'AFP, et ils pouvaient à peine contrôler leur excitation à l'idée d'assister à une comédie musicale dans leur ville natale, une rare occasion.

"C'était bien plus que ce à quoi je m'attendais ", a déclaré Maryam Taheri, une femme au foyer de 45 ans, après le spectacle. "Le jeu, la musique, l'éclairage, tout était parfait."

Des versions étrangères de "Les Misérables" ont été diffusées à la télévision, au cinéma et dans des dessins animés, à l'étranger, et ont été fréquemment montrées en Iran, où le livre a également été traduit.

La nouvelle production est saluée comme la pièce la plus spectaculaire jamais montée en Iran, et arrive à un moment d'actualité avec les protestations en cours en France des "gilets jaunes".

"Après 200 ans, on le voit se reproduire en France", affirme l'homme d'affaires Mehdi Hooshyar.

"C'est une bonne chose, cela montre que chaque fois que leur société stagne, quelque chose comme ça la fait avancer ", a-t-il dit. "La révolution est toujours vivante."

Pas de Misérables autorisés à entrer

La somptuosité de la production a cependant apporté sa part de critiques.

La pièce a eu lieu à un moment instable en Iran, alors que la colère face aux inégalités économiques et à la corruption domine le débat politique.

Les billets, dont le prix se situe entre 500 000 et 1,85 million de rials (environ 5 $ à 20 $, 4,4 euros à 17,5 euros), sont au-dessus des moyens de la plupart des Iraniens.

"Les misérables ne sont pas autorisés à entrer", dit un quotidien conservateur, Javan.Le directeur Parsaee a dit que la connexion avec l'élite de Téhéran faisait partie du problème.

"Cette histoire s'applique à tous les temps et à tous les lieux, y compris à Téhéran d'aujourd'hui. Il s'agit de la fracture de classe, de l'éclatement social et de la pauvreté qui existent aujourd'hui ", a-t-il dit à l'AFP.

 "C'est un rappel à l'auditoire que d'autres classes existent et que nous avons besoin de les voir et de les connaître. C'est un avertissement sérieux."

Pas de tabous brisés

Une grande partie du spectacle semble se heurter à des tabous iraniens, notamment la danse et l'alcool dans les maisons closes et les auberges.

Mais Parsaee, qui dirigeait le département des arts du spectacle au ministère de la Culture et de l'Orientation islamiste, connaît bien les lignes rouges.

"Le comité d'examen a vu la pièce dans son intégralité avant que nous ne soyons autorisés à commencer nos représentations ", dit-il.

"Ils l'ont trouvé tout à fait compatible avec les règles et les règlements. Aucun tabou n'a été brisé."

L'amour du réalisateur pour les comédies musicales a commencé il y a une dizaine d'années lorsqu'il a vu "Oliver Twist", basé sur le classique de Charles Dickens, à Londres.

"J'ai été déprimé pendant des jours, à me demander pourquoi on ne peut pas faire ça ? Je me suis juré que je ferais un jour une comédie musicale en Iran."

C'est précisément ce qu'il a fait en amenant "Oliver Twist" sur scène à Téhéran l'année dernière.

 

 

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 3 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE