Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Express.co.uk (Londres) - Par SAM STEVENSON - Depuis le printemps 2018, les " menaces et les jeux terroristes " du régime iranien se sont " rapidement intensifiés " sur le sol européen et américain alors que Téhéran se lance dans des tentatives terroristes contre ses opposants, a affirmé un groupe d'opposants.

L'affirmation accablante a été faite par le groupe favorable à un changement de régime, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Le groupe affirme que les "mollahs" iraniens sont responsables du terrorisme d'État dans le monde. Le CNRI a cité plusieurs complots terroristes présumés planifiés sur le sol occidental.

Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a plaidé pour l'adoption d'une politique de fermeté, y compris l'inscription sur une " liste noire " du ministère du Renseignement et du Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) et de leurs entités par les Etats-Unis et l'Union européenne, ainsi que l'expulsion des agents de leurs renseignement travaillant en Europe.

"Les mollahs doivent comprendre, a dit Mme Radjavi, que leurs activités terroristes auront de graves conséquences, que l'Europe ne tolérera pas ces activités malveillantes et qu'elle est déterminée à combattre le terrorisme sous toutes ses formes."

Son appel a été lancé à la suite de la mise en garde du secrétaire d'État américain Mike Pompeo contre la menace "très réelle" de l'Iran dans un discours mardi devant le Forum économique mondial de Davos par liaison vidéo.

Le groupe de Mme Radjavi a mis en lumière une série d'attentats terroristes et d'arrestations liées au terrorisme qui auraient été neutralisés en 2018, pour étayer ses affirmations sur les intentions néfastes du régime iranien à l'étranger.

Les médias albanais ont rapporté l'arrestation de deux agents iraniens qui s'étaient présentés comme journalistes, soupçonnés d'activités terroristes à Tirana le 22 mars 2018, selon le CNRI.

Un camion chargé d'explosifs devait attaquer 3 000 membres de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK) qui sont des réfugiés en Albanie, a expliqué le groupe d'opposition.

Le groupe se réfère également au 6 juin 2018, lorsque les Pays-Bas ont expulsé deux diplomates iraniens pour une attaque contre un opposant, et au 30 juin 2018, lorsqu'un attentat à la bombe contre un grand rassemblement de l'opposition iranienne à Villepinte, en France, a été déjoué, évitant un carnage potentiel grâce à la réaction des services allemand, français et belge.

À la suite du complot déjoué, un diplomate iranien en poste dans la capitale autrichienne a été arrêté en Allemagne pour avoir remis personnellement l'engin explosif au couple de terroriste.

Remis à la justice belge en octobre dernier, le diplomate attend maintenant son procès.

Le 9 août 2018, le Département de la Justice des Etats-Unis a annoncé que deux agents affiliés au Ministère des Renseignements du régime iranien, Ahmadreza Mohammadi Doostdar et Majid Ghorbani, qui auraient "espionné" et "comploté contre" l'OMPI/MEK et le CNRI, avaient été arrêtés aux Etats-Unis.

Et le 21 octobre 2018, un citoyen norvégien d'origine iranienne, en contact avec l'ambassade du régime iranien à Oslo, a été arrêté au Danemark en relation avec une attaque manquée contre un opposant iranien dans ce pays.

Treize mois plus tard, l'Union européenne a décidé d'ajouter des entités iraniennes à la liste des terroristes pour les attaques contre des opposants sur le sol européen.

Le ministre danois des Affaires étrangères Anders Samuelsen a annoncé le mardi 8 janvier 2019 l'adoption de sanctions contre deux agents du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité, le Vevak.

Selon le ministère danois des Affaires étrangères, les services de renseignement iraniens et son directeur général Saïd Hashemi Moghadam, figurent désormais sur la liste du terrorisme de l'UE.

M. Samuelsen a déclaré que la décision de l'UE marquait "une grande victoire".

"Aucun service de renseignement d'un autre pays, a-t-il dit, ne figure sur la liste du terrorisme. C'est donc un signal très clair que nous envoyons à l'Iran aujourd'hui."

Elham Zanjani et Elaheh Arj de la commission des Femmes du CNRI ont déclaré : "Alors que tous les signaux indiquent une alerte dans la montée du terrorisme d'Etat des mollahs, la décision des gouvernements européens est un pas positif pour y faire face, mais il faut faire plus.

"Pendant des années, les gouvernements occidentaux ont adopté la politique de complaisance avec les mollahs, mais le temps de la politique de complaisance est révolu."

 

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE