Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

The New York Times - 14 février - Le comportement de Téhéran fait mentir l'idée qu'il associe conciliation et conciliation. En fait, il associe conciliation et mépris. Depuis ses débuts il y a 40 ans cette semaine, la République islamique d'Iran a profité du généreux bénéfice du doute de la part d'observateurs crédules en Occident. L'histoire n'a pas été dans le sens de leur sympathie.

"Sa description comme fanatique, réactionnaire et porteur de préjugés grossiers semble certainement et heureusement fausse", écrivait Richard Falkà Princetown sur l'ayatollah Khomeiny dans un éditorial pour The Times le 16 février 1979. "Après avoir créé un nouveau modèle de révolution populaire basé, pour la plupart, sur des tactiques non-violentes, l'Iran peut encore nous fournir un modèle de gouvernance humaine désespérément nécessaire pour un pays du tiers monde."

Dix ans plus tard, après un règne de terreur débridée ayant culminé avec la fameuse fatwa contre Salman Rushdie et le massacre en 1988 de milliers de prisonniers politiques, dont des enfants, il y a eu encore une autre fausse illusion. Plusieurs, en fait.

Ali-Akbar Hachemi-Rafsanjani, qui est devenu président de l'Iran après la mort de Khomeini, était considéré comme un réformateur. En vérité, c'était un kleptocrate qui a orchestré une campagne internationale d'attentats à la bombe et d'assassinats qui s'est etendue de Buenos Aires à Berlin. Le successeur de Rafsanjani, Mohammad Khatami, était censé être un modéré. Cela n'a pas empêché la répression sanglante des manifestations d'étudiants en 1999 ou la poursuite illicite par l'Iran d'un programme d'armes nucléaires pendant son mandat.

Mahmoud Ahmadinejad était un dirigeant iranien qui n'attirait guère de sympathie internationale. Pourtant, même sous son mandat, les journalistes occidentaux ont rendu des hommages flatteurs à la prétendue ouverture de l'Iran - jusqu'au moment où le régime a volé les élections de 2009 et a brutalement réprimé le mouvement vert, inspirant, mais qui a échoué.

Ensuite est arrivé, Hassan Rohani, un homme avec lequel l'Occident imaginait pouvoir faire des affaires. Il l'a fait, sous la forme de l'accord nucléaire iranien et - jusqu'à ce que l'administration Trump y mette fin - de la levée des sanctions.

Pourtant, alors que la bonne volonté coulait vers l'Iran, la malveillance s'est propagée. En 2015, le gouvernement a exécuté près de 1 000 personnes, soit environ le double du chiffre de 2010. Le mois dernier, il a pendu publiquement un homme de 31 ans accusé d'enlèvement et d'avoir eu des relations sexuelles avec un autre homme ; il est l'un des quelque 5 000 gais et lesbiennes tués par la République islamique.

À l'étranger, et pas seulement au Moyen-Orient, l'Iran et ses mandataires continuent de fomenter de la violence. Une tentative iranienne de mettre une bombe au rassemblement d'un groupe d'opposition près de Paris a été déjouée l'été dernier. En octobre, Copenhague a rappelé son ambassadeur à Téhéran après qu'une autre tentative d'assassinat iranien ait été neutralisée au Danemark. En janvier, l'Allemagne a interdit la Compagnie Mahan Air de l'Iran en raison de son rôle dans le transport d'armes et de combattants pour commettre des atrocités en Syrie. Les services de renseignement allemands ont également accusé l'Iran d'essayer d'acquérir des matières nucléaires en 2016, après l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire.

Ce sont des pays qui souhaitent de meilleures relations avec l'Iran et qui se sont efforcés de suivre une voie indépendante de l'administration Trump. Le comportement de Téhéran fait mentir l'idée qu'il associe conciliation et conciliation. Il associe conciliation et mépris.

La politique étrangère de Donald Trump a surtout provoqué des chamboulements, mais il faut reconnaître que c'est tout à son honneur : outre la folie stupéfiante du retrait annoncé des forces américaines de Syrie, où elles pourraient aider à contrôler les ambitions régionales de Téhéran, il a donné raison à l'Iran.

Le retrait de l'Amérique de l'accord nucléaire n'a pas conduit l'Iran à reprendre son programme nucléaire (malgré certains gestes en ce sens). Un ton plus sévère des États-Unis est probablement à l'origine de la forte baisse du harcèlement des navires de la marine américaine par l'Iran dans le golfe Persique. La reprise des sanctions a mis l'Iran sous pression économique aiguë.

Plus important encore, les Iraniens ordinaires savent sur qui rejeter la faute. L'été dernier, les médias sociaux ont filmé des manifestants iraniens scandant "A bas la Palestine", "Non à Gaza, non au Liban" et "Quitte la Syrie et pense à nous". Ce sont des gens qui en ont assez d'être affamés et non payés en devant scander "A bas l'Amérique".

L'objectif primordial de la politique occidentale ne peut être la complaisance vis-à-vis de l'Iran pour qu'il fasse des concessions partielles et temporaires sur son programme nucléaire, acheté au prix du financement de ses autres objectifs néfastes. L'objectif doit être de mettre enfin un terme à 40 ans de nuit persane.

Ce ne doit pas être une campagne militaire. Mais il peut s'agir d'une campagne de pression économique, pour mettre les dirigeants iraniens devant un choix fondamental entre leurs ambitions idéologiques et les besoins de leur peuple. Il peut s'agir d'une campagne de pression diplomatique, pour souligner qu'un régime qui bafoue régulièrement les règles des pays civilisés ne peut être traité comme tel. Il peut s'agir d'une campagne de renseignement, pour continuer à dénoncer et à subvertir les efforts de l'Iran pour acquérir et déployer des armes stratégiques.

Avant tout, il doit s'agir d'une campagne en faveur des droits de l'homme. Les libéraux et les progressistes ne devraient pas avoir de mal à se joindre aux conservateurs pour défendre les droits des femmes en Iran, en particulier celles qui enlèvent leur foulard en public et en subissent courageusement les conséquences. Il ne devrait pas non plus être difficile pour les libéraux comme pour les conservateurs d'attirer l'attention sur le sort des prisonniers politiques iraniens, d'autant plus que les deux parties ont déjà été poussées à l'action par le sort des prisonniers politiques en Union soviétique, en Chine ou en Afrique du Sud.

À l'époque où il y avait une idée de ce qu'on appelait le monde libre, dirigé par les États-Unis, les Américains se préoccupaient de ces choses et étaient prêts à agir. Il n'est pas trop tard pour que les Américains recommencent, alors que tant d'entre eux sont encore dans les ténèbres

 

IRAN 
JUIN 2019

 19 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE