Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Al Monitor - Une traînée de morts et de destructions laissées par des pluies diluviennes dans le nord et le sud de l'Iran a jeté une ombre noire sur le Norouz cette année. Le Nouvel An iranien - qui a commencé le 21 mars - avec des célébrations, des visites familiales et des voyages de vacances n'a jusqu'à présent été qu'un gâchis pour beaucoup de ceux qui l'avaient planifié depuis des mois.

Le gouvernement affirme avoir mobilisé toutes les installations pour répondre de façon adéquate à la catastrophe, mais cela ne semble pas avoir apaisé beaucoup de critiques. Le président Hassan Rohani a subi d'énormes pressions pour ne pas s'être rendu dans les zones inondées. "Après l'effondrement meurtrier de la mine de charbon d'Azadchahr [en 2017], Rohani a visité le site dans le cadre de sa ridicule campagne électorale [pour obtenir des voix]. Mais maintenant, les inondations ont frappé la même province et il n'est plus là", a dit une personne sur Twitter.

Les médias officiels ont rapporté que Rohani a assisté à une réunion de gestion de crise dans la capitale Téhéran le 26 mars où il a fait des promesses de secours rapides tout en critiquant également ceux qui "portent des accusations et déçoivent la population" dans les médias sociaux. Le président était apparemment de retour de vacances dans le sud de l'île de Qeshm, dans le golfe Persique. On ne sait pas s'il avait abrégé son séjour.

Les spéculations s'intensifiaient sur l'endroit où se trouvait Rohani lorsque les premières inondations ont frappé, les Iraniens ordinaires étant aux prises avec l'une des pires catastrophes naturelles que le pays ait connues ces dernières années. Beaucoup ont exprimé leur colère avec un hashtag persan traduit par "Où est Rohani" et certains lui ont même demandé de démissionner. "M. Rohani, vous feriez mieux de remettre votre démission où que vous soyez. Votre venue ne fera qu'ouvrir les plaies des gens ", disait un autre tweet.

Certains ont également évoqué l'idée que le président aurait pu au moins retourner dans la capitale pour diriger les équipes d'intervention s'il n'était pas en visite dans les provinces sinistrées par les inondations. Dans une lettre publique, Mohammad Ali Vakili, membre du bureau du parlement iranien, a exhorté Rohani à prendre l'avion pour diriger le quartier général de gestion de crise, qu'il a qualifié "d'organisation en difficulté qui doit absolument subir une réforme fondamentale ".

Un débat national a refait surface sur ce que l'on croit être la faiblesse de la lutte contre les catastrophes dans le pays, des prévisions aux opérations de secours, de sauvetage et de post-catastrophe. Le désordre dans la gestion a été constaté à la suite du séisme dévastateur de 2017 qui avait secoué l'ouest du pays, où des dizaines de personnes touchées par le séisme vivent toujours sous des tentes et des structures métalliques de fortune. Un commentaire récent du chef de l'Organisation de la gestion de crise a également suscité l'indignation après qu'il se soit plaint que ses équipes avaient été "prises par surprise" à la suite des fortes chutes de neige qui ont paralysé plusieurs provinces iraniennes en janvier.

La même organisation envoie maintenant des tonnes de SMS donnant des conseils importants aux voyageurs dans des conditions météorologiques difficiles. Mais cela a également été accueilli avec fureur, car de nombreux Iraniens estiment que les avertissements sont arrivés trop tard et qu'ils auraient dû être émis avant les récentes inondations pour éviter de pertes de vies humaines.

Après une période d'un an de sécheresse généralisée, l'Iran est maintenant sur la voie de précipitations considérables. Mais les averses soudaines en ont pris beaucoup au dépourvu. Alors que les Iraniens font face à la flambée des prix imputable aux sanctions américaines rétablies ainsi qu'aux profits et à la mauvaise gestion, les inondations indomptées ont également alimenté les inquiétudes économiques immédiates. Les gens s'attendent maintenant à une nouvelle vague d'inflation, en particulier dans le secteur alimentaire. L'argument repose sur le fait que les zones sinistrées sont d'importantes terres agricoles et les principaux fournisseurs de produits iraniens allant des légumes et des fruits aux cultures vitales comme le blé et l'orge. "Les oignons se vendaient déjà à12 000 tomans [2,85 $]. Aujourd'hui, avec les inondations à Chiraz, le pire n'est pas encore arrivé ", peut-on lire dans un message sur Twitter.