Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran News Wire - Le procureur général de l'Iran a déclaré aujourd'hui que la publication de "fausses" nouvelles sur les inondations dans les médias sociaux constituait une violation de la sécurité, ajoutant que ceux qui publiaient de telles nouvelles seront sanctionnés pour "atteinte à la sécurité du pays".

Mohammad Jafar Montazeri a déclaré que le Procureur général, le ministère de l'Intérieur et la police s'étaient concertés sur cette question.

"Dans un premier temps, les sources de publication de fausses nouvelles doivent être identifiées et, une fois identifiées, elles seront sanctionnées", a ajouté le religieux.

Selon l'agence ISNA, le ministre de l'Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli s'est plaint de reportages sur les médias sociaux montrant l'incompétence du gouvernement face aux inondations dans la province de Golestan, dans le nord du pays.

"J'ai dit aux autorités judiciaires et au procureur de s'occuper de ceux qui sont derrière la publication de fausses nouvelles et de ceux qui cherchent à exagérer les problèmes dans les zones touchées par les inondations, a-t-il ajouté. 

Ces menaces ont été reprises par la "cyberpolice" iranienne.

Le colonel Ramin Pashaï, sous-directeur de la cyberpolice iranienne, a déclaré que " la police s'occuperait de ceux qui répandraient des rumeurs sur les récentes inondations dans les médias sociaux ".

Il a déclaré que ces rumeurs "conduiraient à perturber l'opinion publique et la paix de la société".

"Nous avons demandé à toutes les provinces de surveiller Internet et si elles sont témoins de rumeurs ou de contenus qui troublent l'opinion publique ou la paix sociale, de prendre rapidement les mesures nécessaires pour sanctionner avec les responsables", a-t-il ajouté dans la dépêche d'ISNA. 

Il a également demandé au public de ne pas écouter les vidéos sur les médias sociaux et de ne suivre que les nouvelles des agences de presse officielles.

Les reportages sur les inondations qui ont touché 25 provinces iraniennes, y compris des vidéos et des images d'inondations dévastatrices dans la ville de Chiraz, dans le sud du pays, ne peuvent se voir que dans les vidéos sur les médias sociaux mises en ligne par des témoins oculaires.

Le régime iranien a même censuré le nombre réel de victimes.

Alors que les témoins oculaires et les habitants disent que plus de 150 personnes ont été tuées lorsque les inondations ont touché l'entrée de Chiraz à Darvazeh-ye-Coran, le régime a annoncé que seulement 19 personnes ont perdu la vie.

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE