Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Des arguments en faveur de la désignation du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) et du ministère iranien du Renseignement comme organisations terroristes étrangères.

Limacharlienews - le 6 avril 2019 par Ali Safavi - En 1987, Mohsen Rafiqdoust, un ancien commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), menaçait les États-Unis. "Les Etats-Unis savent que le TNT et l'idéologie, qui ont en un seul coup envoyé en enfer 400 officiers, sous-officiers et soldats[américains] du quartier général des Marines ont été fournis par l'Iran."

Le 23 octobre 1983, dans une attaque terroriste commanditée par le Corps des pasdaran, un camion chargé de 18 000 livres d'explosifs a franchi les barrières de la garnisons des Marines à Beyrouth au Liban, tuant 241 militaires américains et en blessant gravement beaucoup plus.

L'ancien ministre du Renseignement et de la Sécurité (Vevak) du régime iranien, Ali Fallahian, a reconnu en 2017 que son organisation envoyait des agents en Amérique se faisant souvent passer pour des journalistes. En août 2018, le FBI a arrêté deux agents du ministère de l'Intérieur pour des opérations visant à capturer et tuer des résistants iraniens aux États-Unis.

Les pasdaran et le Vevak sont déjà désignés par le gouvernement américain comme des entités terroristes mondiales spécialement désignées (Specialially Designated Global Terrorists - SDGT). Toutefois, il existe des raisons impérieuses pour lesquelles le Département d'État devrait également désigner le Corps des gardiens de la révolution et le ministère de l'Intérieur comme organisation terroriste étrangère (FTO).

Le corps des pasdaran agit comme garde prétorienne du régime iranien et a deux tâches majeures pour assurer la survie de la dictature religieuse : écraser l'opposition interne et exporter le terrorisme et la violence à l'étranger.

Le Corps des pasdaran et sa force extraterritoriale Qods (Jérusalem) mènent tous deux des opérations terroristes dans divers pays du monde. Les pasdaran disposent de nombreuses installations en Iran pour former des terroristes dans le cadre de la stratégie d'ingérence renforcée à l'étranger.

Il y a eu une forte augmentation des complots terroristes parrainés par Téhéran en Europe en 2018, qui visaient aussi bien des citoyens américains que des membres de l'opposition iranienne. Plusieurs hauts responsbles du ministère de l'Intérieur ont été pris en Europe en train de comploter des assassinats et des attentats à la bombe.

Les pasdaran et le Vevak répondent aux critères pour être désignés comme FTO en vertu de l'article 219 de l'Immigration and Nationality Act (8 U.S.C. 1189).
Il y a trois critères pour la désignation FTO. Le groupe doit être une organisation "étrangère" qui "se livre au terrorisme ou à des activités terroristes ou conserve la capacité et l'intention de se livrer à des activités terroristes ou au terrorisme", qui "menace les ressortissants américains de la sécurité nationale des États-Unis". À l'heure actuelle, les pasdaran et le Vevak répondent de loin à ces trois exigences, ce qui permet de les classer FTO, une mesure attendue depuis longtemps.

Ces désignations sont non seulement justifiées, mais elles contribueraient également de manière significative à la lutte contre le terrorisme et enverraient le signal fort à Téhéran que l'époque des meurtres est révolue.

Le terrorisme a été un outil très profitable entre les mains des dirigeants de Téhéran au cours des quatre dernières décennies, permettant au régime d'obtenir des concessions de ses interlocuteurs occidentaux et de prendre en otage la politique étrangère des pays occidentaux.

L'inaction concernant les pasdaran et le Vevak a en outre permis au régime d'établir des usines de missiles en Syrie, au Liban et en Irak afin d'élargir sa sphère d'influence régionale.

Il est temps de repousser ce comportement malveillant.

La désignation FTO des pasdaran et du Vevak rendrait illégal pour un citoyen américain de fournir un "soutien ou des ressources matérielles" à ces entités, y compris des services, des conseils d'experts ou une assistance. Cette désignation rendrait également les membres et les représentants des pasdaran et du Vevak inadmissibles et révocables aux États-Unis.

Les affiliés des pasdaran contrôlent maintenant un nombre vertigineux d'entreprises commerciales, y compris les grandes mines, les industries primaires (comme le pétrole et le gaz en aval), le commerce extérieur, les banques, les assurances, les industries électriques, les réseaux postaux, les routes, les chemins de fer, les avions de ligne et la navigation.

Au cours des dernières décennies, Téhéran a envoyé ses agents du Vevak et des pasdaran aux États-Unis sous différentes couvertures.

Le régime iranien a également bénéficié des services et de "l'assistance et des conseils d'experts" fournis, parfois sans s'en rendre compte, tant par le gouvernement américain que par des particuliers, qui ont parfois alimenté le régime iranien. Cela est dû en grande partie à des décennies de politique de complaisance de la part des gouvernements américains précédents.

Cela peut et doit prendre fin. La désignation FTO du Vevak et des pasdaran pourrait constituer un premier pas dans cette direction.

------------- 
Ali Safavi est un responsable de la Commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne. Militant du mouvement étudiant anti-chah des années 1970 aux États-Unis, Safavi a été impliqué dans les affaires iraniennes depuis lors et a donné de nombreuses conférences et écrit de nombreux articles sur des questions liées à l'Iran, l'Irak, le terrorisme, la prolifération nucléaire et le processus politique au Proche-Orient. Safavi a participé avec succès à la campagne juridique visant à retirer le principal mouvement d'opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), des listes des groupes terroristes au Royaume-Uni, dans l'Union européenne et aux États-Unis.