Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

De plus en plus de défections sont signalées

Iran Commentary - Ali Nassiri, ancien général du corps des gardiens de la révolution (pasdaran /CGRI), ancien chef de l'appareil de contre-espionnage de cet organe, aurait fui l'Iran.

Selon certaines sources, un proche de Hossein Taeb, chef des services de renseignement des Gardiens de la révolution, a fait la lumière sur une réunion tenue le 11 avril entre les hauts responsables du renseignement, au cours de laquelle un différend verbal a éclaté entre Taeb et Nassiri, poussant Nassiri à quitter prématurément la réunion.

Par la suite, Nassiri aurait refusé de se présenter au travail pendant deux jours. L'enquête qui a suivi a révélé qu'il avait fui le pays.

Selon certaines sources, une enquête lancée par les unités de contre-espionnage des pasdaran révèle que Nassiri s'est réfugié dans un pays du golfe Persique, demandant l'asile politique à l'ambassade locale des États-Unis. Les rapports indiquent que Nassiri avait en sa possession un grand nombre de documents sur les déplacements des hauts commandants, du personnel de renseignement et des unités opérationnelles du Corps des gardiens de la révolution dans les pays étrangers, le tout sous le couvert de missions diplomatiques.

Auparavant, avait aussi Nassiri été aux commandes du corps d'armée "Hazrate Seyed al-Shohada" du Corps des gardiens de la révolution en poste à Téhéran.

Jusqu'à ce jour, les services de renseignement et le contre-espionage des pasdaran ont fait tout leur possible pour empêcher la publication de ces informations dans les médias.

Le 13 avril, la chaîne d'information al-Mayadeen, associée au Hezbollah libanais, a diffusé sur son site Internet un reportage à ce sujet sans fournir aucun détail. Le reportage a été retiré moins d'une demi-heure plus tard.

L'Organisation du contre-espionnage des pasdaran est un conglomérat dont la mission est d'assurer la sécurité des vols, la sécurité des fonctionnaires et des personnalités du gouvernement et des dignitaires étrangers pendant leur visite en Iran.

Le bureau du Guide suprême Ali Khamenei a nommé Vahid Haghanian, vétéran des pasdaran, pour coordonner les mesures prises par les services de renseignement à cet égard.

La fuite d'Iran de Nassiri a eu un impact extrêmement négatif sur la hiérarchie sous son commandement. Le 19 avril, l'agence de presse Fars, associée aux pasdaran, a évoqué le sort de Nassiri sans autre explication.

"Sur ordre de Mohammad Ali Jafari, le général de brigade Fat'ollah Jamiri, alors commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution, a été nommé commandant de l'Organisation du contre-espionnage des pasdaran." Ce rapport ne fait aucune mention de Nassiri.

Le contre-espionnage des pasdaran a été créé en 1985.

Aucun responsable américain ou iranien n'a réagi aux informations selon lesquelles Nassiri aurait fui l'Iran.

 

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

200 manifestant tués

3000 blessés

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE