Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

The Times - Nous sommes pris pour cible, disent les manifestants anti-régime. Les opposants sont terrorisés par des agents iraniens "armés" dans les rues en Ecosse pour avoir participé à des manifestations contre le régime, ont révélé des militants.

Des exilés ont été pris pour cible par des individus qui ont menacé de les tuer, eux et leurs familles, en Iran s'ils ne mettaient pas fin à leur opposition politique.

Elle s'inscrit dans le contexte des tentatives mondiales de l'Iran de faire taire les critiques, avec des sources du MI5 qui corroborent les affirmations des militants de Glasgow selon lesquelles le régime réprime les militants en Grande-Bretagne.

Selon Amnesty International, les autorités iraniennes ont arrêté plus de 7 000 opposants l'année dernière dans le cadre d'une opération de répression qui a entraîné la prison ou le fouet pour des centaines de personnes, la mort d'au moins 26 manifestants et neuf personnes en détention dans des conditions suspectes.

Firooz Behseresht, président et cofondateur de l'Association irano-écossaise, a déclaré que la campagne d'intimidation suscitait la peur dans cette communauté de 6 000 personnes en exil.

Les agents du régime vivent et agissent activement dans ce pays, a-t-il dit. « Ils rassemblent des informations sur les individus, en particulier les réfugiés et les demandeurs d'asile, et ils peuvent avoir recours à des menaces. »

Les services de sécurité ont confirmé que des agents iraniens espionnent, infiltrent et tentent de démanteler des groupes d'opposition en Grande-Bretagne, mais c'est la première fois que des dissidents se plaignent publiquement de tactiques d'intimidation en Écosse.

Une source de la sécurité l'a dit au Times : « Les services de renseignement britanniques sont parfaitement conscients de la menace d'espionnage et des activités hostiles de l'État de la part des acteurs iraniens au Royaume-Uni. Le MI5 considère que l'Iran est très actif dans ses tentatives d'intimidation et de réduction au silence des dissidents au Royaume-Uni. »

Le Times s'est entretenu avec une douzaine d'Iraniens basés à Glasgow, deux universitaires, deux dirigeants religieux et des politiciens, qui ont tous témoigné de l'intimidation généralisée par des forces qu'ils croient dirigées depuis Téhéran.

Les Iraniens basés dans la plus grande ville d'Écosse l'affirment :

  • Les rassemblements et les manifestations sont filmés clandestinement par des individus agissant au nom du régime.
  • Les dissidents sont contraints par des personnes parlant le persan à fournir des informations détaillées sur leurs activités politiques et les membres de leur famille et ont été menacés avec une arme de poing s'ils refusaient de coopérer.
  • On leur offrirait de grosses sommes d'argent et on leur garantirait la sécurité de leurs proches en Iran s'ils acceptaient de donner des informations sur leurs amis.

Un traducteur a affirmé qu'on l'avait fait chanter pour qu'il transmette des informations sensibles et confidentielles sur des demandeurs d'asile iraniens arrivant en Écosse. Sir David Amess, député conservateur et coprésident du Comité britannique pour la liberté en Iran, a appelé à une « enquête complète et approfondie » et a l'intention de soulever la question du harcèlement des Iraniens basés en Écosse auprès des ministres à Westminster.

Naomi McAuliffe, directrice du programme Écosse d'Amnesty International, a déclaré : « Les autorités iraniennes ont l'habitude de garder les Iraniens et les ressortissants iraniens vivant à l'étranger sous étroite surveillance, et si ces informations sont alarmantes, elles ne constituent pas une surprise pour autant.

« Cette vague d'intimidation signalée en Écosse semble être un autre aspect d'un dispositif plus large de répression à l'encontre des Iraniens chez eux et de ceux qui vivent en dehors du pays. Les autorités écossaises doivent veiller à ce que ces informations troublantes fassent l'objet d'une enquête approfondie. »

L'ambassade d'Iran à Londres a fermement nié ces allégations.

Des militants affirment qu'ils ont été filmés alors qu'ils protestaient devant le centre islamique Shia Asna Ashri, dans l'ouest de Glasgow. Le centre a nié ce fait, mais a confirmé qu'il avait fourni des services consulaires à l'Iran et qu'il avait été utilisé comme bureau de vote pour les élections présidentielles iraniennes.

Najaf Jaffri, secrétaire du centre, a insisté sur le fait que le lieu de la réunion était destiné à la communauté pakistanaise et qu'il n'avait aucun lien avec l'Iran : "Je suis horrifié par l'origine de ces allégations."

Un document du ministère de l'Intérieur sur l'Iran déclare : « Des services de renseignement iraniens ont opéré à l'étranger sous couverture diplomatique dans le cadre d'une campagne de collecte de renseignements sur des éléments de l'opposition iranienne opérant en dehors de l'Iran. »

L'ambassade iranienne à Londres a dit : « Il est très affligeant de constater qu'au moment où l'islamophobie est à son apogée, des groupes de pression fabriquent de nouvelles phobies contre les centres islamiques. De telles affirmations controversées et sans fondement ont été répétées dans le passé, jamais étayées par des preuves ou des documents. »

Un porte-parole de la police écossaise a dit : « Toute menace contre un membre du la population fera l'objet d'une enquête approfondie. »

 

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE