Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

The Washington Post - La puissante milice libanaise du Hezbollah a prospéré pendant des décennies grâce aux généreux dons en espèces de l'Iran, dépensant sans compter pour ses combattants et les services sociaux pour ses électeurs et constituant une formidable force régionale, avec des troupes en Syrie et en Irak.

Mais depuis que le président Trump a instauré de nouvelles restrictions radicales sur le commerce avec l'Iran l'année dernière, provoquant des tensions avec Téhéran qui ont atteint leur paroxysme ces derniers jours, l'Iran a vu réduire sa capacité à financer ses alliés comme le Hezbollah. Le Hezbollah, le mieux financé et le plus ancien des mandataires de Téhéran, a vu ses recettes chuter brutalement de sorte qu'il est contraint de réduire de façon draconienne ses dépenses, selon les responsables, membres et partisans du Hezbollah.

Les combattants sont mis à l'écart ou affectés dans les réserves, où ils perçoivent des salaires inférieurs, voire aucun salaire du tout, a déclaré un employé du Hezbollah dans une unité administrative du groupe. Nombre d'entre eux sont retirés de Syrie, où la milice a joué un rôle déterminant dans les combats au nom du président Bachar al-Assad pour assurer sa survie.

Selon un autre membre du Hezbollah, des programmes de la chaîne de télévision du groupe, Al-Manar, ont été annulés et le personnel licencié. Les programmes de dépenses, autrefois importants, qui confortaient le soutien du groupe au sein de la communauté chiite historiquement pauvre du Liban ont été réduits, comme la fourniture de médicaments gratuits et même de produits alimentaires aux combattants, aux employés et à leurs familles.

Les sanctions imposées à la fin de l'année dernière par Trump après son retrait de l'accord nucléaire historique visant à freiner les ambitions nucléaires de l'Iran sont beaucoup plus draconiennes que celles qui ont contribué à amener l'Iran à la table des négociations sous le gouvernement Obama, et elles ont un effet profond sur l'économie iranienne, disent les analystes.

Les responsables de l'administration Trump affirment qu'ils ont effacé 10 milliards de dollars des recettes iraniennes depuis novembre, infligeant une misère généralisée à de nombreux Iraniens pauvres ainsi qu'aux propres dépenses du gouvernement.

Les tensions entre Washington et Téhéran ont atteint leur paroxysme après l'entrée en vigueur de nouvelles restrictions le 2 mai, en supprimant les dérogations accordées à huit pays qui avaient été autorisés à poursuivre leurs importations de pétrole iranien afin de ramener les exportations de pétrole de ce pays à " zéro ", disent les dirigeants des États-Unis.

Selon Kamal Wazne, un analyste politique basé à Beyrouth et sympathisant de l'Iran et du Hezbollah, la férocité des sanctions incite Téhéran à repousser Washington en franchissant une " ligne rouge " qui ne lui laissera d'autre choix que de riposter.

"Les Iraniens sont habitués aux sanctions. Mais ce niveau de sanctions entraînera une réaction différente. Les Iraniens ne resteront pas indifférents ", a-t-il déclaré. "C'est la mort lente d'un pays, du gouvernement et de son peuple."

Bien qu'il soit trop tôt pour confirmer que l'Iran est responsable de l'attaque de sabotage de quatre pétroliers près du golfe Persique la semaine dernière, comme l'affirment les responsables américains, " l'Iran a une forte incitation à mettre également sous pression l'économie américaine en faisant bondir le prix du pétrole ", a-t-il dit. "La douleur sera réciproque."

L'ampleur de l'impact

Les mesures d'austérité adoptées par le Hezbollah donnent une indication de l'ampleur de leur impact, non seulement sur l'économie de l'Iran mais aussi sur sa capacité à soutenir ses mandataires régionaux.

Un haut responsable du Hezbollah, qui s'est exprimé sur la condition de l'anonymat conformément aux règles du groupe régissant les interactions avec les médias, a reconnu que les revenus de l'Iran ont chuté, obligeant le Hezbollah à réduire ses dépenses. "Il ne fait aucun doute que ces sanctions ont eu un impact négatif", a déclaré le responsable. "Mais en fait, les sanctions sont une composante de la guerre, et nous allons les affronter dans ce contexte."

Le Hezbollah est également aux prises avec un ensemble distinct de sanctions visant les entreprises, les particuliers et les banques qui font affaire avec le groupe, que les États-Unis ont désigné comme une organisation terroriste après les attentats suicides et les enlèvements visant des Américains au Liban dans les années 80. Mais ce sont les sanctions iraniennes qui ont eu le plus grand impact sur le financement du groupe, a déclaré le responsable.

Le responsable n'a pas dit de combien l'Iran a réduit son financement du Hezbollah ni à quel point il était important auparavant. M. Hook a déclaré lors d'une conférence de presse à Washington en avril que l'Iran avait envoyé par le passé au Hezbollah jusqu'à 700 millions de dollars par an, ce qui représentait 70 % des revenus du groupe.

Mais le Hezbollah a d'autres sources de revenus et prévoit d'en chercher davantage, espérant " transformer cette menace en une opportunité " pour développer de nouvelles sources de revenus, a déclaré le responsable.

Les responsables du Hezbollah et les combattants à plein temps qui sont encore sur la liste de paie reçoivent leur salaire, mais les avantages pour les dépenses telles que les repas, l'essence et le transport ont été annulés, selon un autre proche du Hezbollah qui, comme tous les membres et partisans du Hezbollah interrogés, a parlé sous condition de l'anonymat en raison du caractère sensible de ce sujet.

Les familles des "martyrs" du Hezbollah, ceux qui sont morts en combattant pour la milice en Syrie et précédemment dans des guerres avec Israël, continuent également à recevoir des allocations complètes. Les paiements sont considérés comme sacro-saints et essentiels si l'on veut que le Hezbollah conserve son efficacité en tant que force de combat, attirant des recrues loyales et acharnées, affirment les responsables du Hezbollah.

Entre-temps, le Hezbollah s'est lancé dans une vaste campagne pour compenser le manque à gagner du financement iranien en sollicitant des dons. La campagne semble destinée à rallier des sympathisants au groupe, mais elle attire également l'attention sur ses difficultés financières.

Depuis que le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah a exhorté ses partisans, dans un discours en mars, à contribuer à ce qu'il a appelé "un jihad d'argent", les boîtes de dons ont proliféré dans les rues des quartiers loyalistes du Hezbollah et au-delà, avec des exhortations telles que "La charité évite les catastrophes".

Des camionnettes avec haut-parleurs parcourent les rues du quartier de Dahiya contrôlé par le Hezbollah au Liban, au sud de Beyrouth, avec des boîtes en plastique sur leur capot, dans lesquelles les gens sont encouragés à déposer de l'argent. Des panneaux d'affichage ont été érigés le long de la route menant à l'aéroport pour inciter les citoyens à contribuer aux œuvres caritatives gérées par le Hezbollah, et des vidéos affichées sur les pages des sites de médias sociaux affiliés au Hezbollah rappellent aux citoyens leur " devoir religieux " d'aider les nécessiteux.

Le responsable du Hezbollah a insisté sur le fait que ces réductions n'ont eu aucun impact sur la position du groupe au Moyen-Orient ni sur sa préparation militaire.

"Nous recevons toujours des armes de l'Iran. Nous sommes toujours prêts à affronter Israël. Nous gardons notre rôle en Irak et en Syrie. Personne n'est parti du Hezbollah parce qu'il n'a pas reçu de salaire, et les services sociaux n'ont pas cessé de fonctionner ", a-t-il dit.

Les sanctions "ne dureront pas éternellement", a-t-il prédit. "Tout comme nous avons pu gagner militairement en Syrie et en Irak, nous serons victorieux dans cette guerre aussi."

Mais le Hezbollah souffre, au moins indirectement, des sanctions distinctes visant les activités du groupe, selon les analystes. Le Hezbollah sollicite depuis des années des dons auprès de riches dirigeants d'entreprises, au Liban et à l'étranger, mais les sanctions ont un effet dissuasif, a déclaré Hanin Ghaddar, qui fait des recherches sur le Hezbollah au Washington Institute for Near East Policy.

Selon Sami Nader, directeur de l'Institut du Levant pour les affaires stratégiques, les sanctions dissuadent également les entreprises et les organismes gouvernementaux de faire affaire avec le vaste réseau d'entreprises et d'entrepreneurs du Hezbollah qui s'est formé en tandem avec l'appareil politique et militaire du groupe.

Mais le haut responsable du Hezbollah a déclaré que ces sanctions n'ont aucun impact.

La réduction des contributions iraniennes coïncide en outre avec un net ralentissement de l'économie libanaise. La récession frappe un vaste réseau d'entreprises affiliées au Hezbollah, dont les activités contribuent à soutenir le groupe, et les électeurs libanais ordinaires du Hezbollah, dont les revenus et les entreprises souffrent.

Bien que les sanctions semblent fonctionner du point de vue des États-Unis, on craint de plus en plus que la douleur infligée aux gens ordinaires, y compris en Iran, ne déstabilise davantage la région déjà ravagée par la violence, n'exacerbe les sentiments antiaméricains et n'augmente la pression sur l'Iran pour qu'il réplique.

"Le problème aujourd'hui est : Quel sera le prix de la poursuite des sanctions et quels seront les dommages collatéraux ? "Il y aura beaucoup d'instabilité et de difficultés, et il pourrait même y avoir un nouveau conflit."

D'autres sources de revenus ?

La stratégie du Hezbollah - et de l'Iran - est d'identifier d'autres sources de revenus tout en évitant la campagne anti-iranienne de l'administration Trump, a déclaré Mohammed Obeid, un analyste politique basé à Beyrouth qui est proche de ce groupe. Le Hezbollah reconnaît que Trump pourrait être au pouvoir jusqu'en 2024 et adopte une vision à long terme, cherchant des sources supplémentaires de revenus tout en relançant les anciennes, a-t-il dit.

Dans l'intervalle, l'Iran tentera également d'obtenir de nouvelles sources de financement. "L'Iran va revenir à ses vieilles habitudes d'avant l'accord[nucléaire], au marché noir ", a-t-il dit. "Ils ont de nombreuses alternatives à la contrebande de pétrole, à travers l'Irak, le Pakistan, Oman, l'Afghanistan et même Dubaï."

Pour le Hezbollah, c'est néanmoins un moment qui donne à réfléchir après une série de succès.

Fondé par le Corps des Gardiens de la Révolution iraniens dans les années 1980 en tant que force de guérilla de l'ombre pour expulser les troupes israéliennes qui occupaient alors le Liban, le Hezbollah est devenu le prototype des forces iraniennes de substitution dans la région. Son affilié, le Djihad islamique, a chassé les Américains d'une grande partie de Beyrouth en menant des attentats-suicides contre l'ambassade et la caserne des Marines des États-Unis et en enlevant des citoyens américains, un modèle que l'Iran pourrait maintenant suivre ailleurs au Moyen-Orient.

Le Hezbollah s'est depuis élargi pour devenir une grande puissance régionale - avec trop à perdre en provoquant un conflit au Liban, selon de nombreux analystes. Le groupe est aujourd'hui la force la plus influente de la politique libanaise, avec des sièges au parlement et dans les ministères, et il déploie ce qui est considéré comme l'une des forces combattantes les mieux armées et les plus efficaces de la région.

Pendant ce temps, le Hezbollah s'est largement appuyé sur les largesses iraniennes. Dans un discours prononcé en 2016 pour dissiper les craintes que la guerre en Syrie ne sape les revenus du Hezbollah, Nasrallah a assuré à ses partisans que le Hezbollah avait obtenu " tout " son financement de l'Iran.

"Tant que l'Iran a de l'argent, nous avons de l'argent, avait-il dit.

 

 

 

 

 

IRAN 
OCTOBRE 2019

 13 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE