Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Express.co.uk – Par Vickiie Oliphant - Le premier missile a touché l'usine pétrolière d'Abqaiq Aramco, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, à 3h50, suivi de trois autres frappes. Les travailleurs de l'usine ont d'abord cru qu'il y avait eu une explosion due à un dysfonctionnement, mais dès la quatrième frappe, il était clair qu'ils avaient fait l'objet d'une attaque ciblée. À quelque 240 km de là, les ouvriers de l'usine de transformation de Khurais ont subi le même choc en étant eux aussi la cible d'une attaque de drones.

Au total, 25 drones et missiles ont été utilisés lors de l'attaque du 14 septembre, qui a forcé le royaume à fermer la moitié de sa production pétrolière et a fait monter les prix en flèche, a déclaré l'Arabie saoudite.

Les autorités ont affirmé que le drone et les débris de missiles récupérés par les enquêteurs, ainsi que la direction du tir, suggéraient que l'Iran était derrière les frappes.

Téhéran a nié avec véhémence toute implication dans les attaques contre les installations pétrolières.

Mais aujourd'hui, un rapport du Conseil national de la Résistance iranienne affirme que des informations provenant de l'intérieur du régime prouvent la culpabilité de l'Iran.

Selon les informations publiées aujourd'hui par l’Express.co.uk, Ali Khamenei, le guide suprême du régime iranien, « a directement ordonné aux commandants de l'opération de mener l'attaque » - qui a utilisé des missiles de croisière Ya-Ali.

L'attaque a été approuvée lors d'une réunion du Conseil suprême de sécurité nationale le 31 juillet, à laquelle le président iranien Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif assistaient aux côtés de plusieurs commandants des pasdaran.

Après l’aval initiale de Khamenei, la planification détaillée des frappes de drones a commencé, sous la direction du général de brigade Mohammad Fallah.

Un dirigeant de l'entreprise a déclaré que 200 personnes se trouvaient à l'intérieur de l'usine de Khurais lorsque l'attaque soudaine a visé quatre sites distincts dans les usines de production.

Lorsque le personnel a tenté d'éteindre les incendies à la suite de la première attaque, un plus grand nombre de frappes avaient ciblé l'usine.

Le mouvement rebelle Houthi au Yémen, aligné sur l'Iran, a revendiqué l'attaque du drone.

Mais les autorités saoudiennes affirment que l'ampleur et la complexité des attentats ont dépassé leurs capacités.

Shahin Gobadi du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a déclaré : « L'attaque simultanée de missiles et de drones contre les installations pétrolières de l'Arabie saoudite le 14 septembre 2019 a émané de l'intérieur de l'Iran et constituait un acte de guerre flagrant pour laquelle Khamenei, Rohani, Zarif et d'autres dirigeants de régime ont pris part à la décision, l'approbation et l'exécution.

« Le régime tente désespérément d'empêcher un soulèvement populaire et de contrecarrer l'expansion des unités de résistance en utilisant la répression interne et le parrainage du terrorisme à l’étranger.

« Il cherche à contenir la colère profonde de la société face à son pouvoir désastreux et inhumain.

« Il est assez révélateur que, selon de nombreux rapports provenant de l'intérieur du Corps des gardiens de la révolution, toutes les forces de ce corps étaient en état d'alerte totale pendant et après l'attaque.

« Les unités du Corps des gardiens de la révolution ont mis en œuvre des manœuvres de répression pour intimider les Iraniens dans diverses villes et pour repousser la menace qu'ils considèrent comme leur principale préoccupation dans le cadre d'un soulèvement populaire en Iran.

« Le régime compte sur l'inaction de la communauté internationale dans son agression. Tant que ce régime existera, il ne cessera pas ses agressions. »

La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite a déclaré que toutes les options, y compris une réponse militaire, étaient ouvertes après les attaques.

Et cette semaine, l'héritier du trône saoudien Mohammed bin Salman a mis en garde contre la flambée des prix du pétrole et un crash économique mondial.

Dans une interview accordée à l'émission d'information 60 Minutes sur CBS dimanche, il a déclaré : « Si le monde ne prend pas des mesures fermes et énergiques pour dissuader l'Iran, nous assisterons à d'autres escalades qui menaceront les intérêts mondiaux.

« L'approvisionnement en pétrole sera perturbé et le prix du pétrole atteindra des niveaux encore jamais vus de notre vivant. »