Par James Morrison

The Washington Times, 29 juillet - La Commission des Affaires Étrangères de la Chambre (des Etats-Unis) se concentrera cette semaine sur le soutien de l'Iran au régime syrien dans une guerre civile qui a tué 100 000 personnes ainsi que sur l'influence iranienne en Amérique Latine, où un procureur argentin accuse le régime islamique d'entretenir des réseaux d'espionnage dans neuf pays.

Lire la suite...

Iran Manif – Le premier ministre de l'Irak Nouri Kamal al-Maliki a dit à l'administration Obama ce mois-ci que le régime iranien était intéressé par des pourparlers directs avec les États-Unis sur le programme nucléaire du régime, ont déclaré des responsables occidentaux le 25 juillet.

« Lors d'une réunion début juillet avec l'ambassadeur américain à Bagdad, Maliki a suggéré qu'il transmettait un message des responsables iraniens et affirmé que Hassan Rohani, le nouveau président de l'Iran, serait sérieux au sujet de toutes discussions avec les États-Unis, » selon le compte-rendu de la rencontre rapporté par le Times.

« Bien que M. Maliki ait indiqué être en contact avec des proches du guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, il n'a pas dévoilé précisément avec qui il traitait du côté iranien. Beaucoup de responsables occidentaux restent incertains quant à savoir si l'Iran a cherché à utiliser l'Irak comme intermédiaire ou bien si l'idée relève principalement de l'initiative de M. Maliki », dit l’article.

Lire la suite...

Iran Manif – Des médicaments valant des millions de dollars risquent de devenir périmés et inutilisables alors qu’ils sont bloqués à la douane en Iran.

L'énorme stock est resté enfermé à cause de la mauvaise gestion de la Banque Centrale du régime, et pourrait laisser les pharmacies sans médicaments essentiels pour leurs clients, a déclaré le chef du syndicat de l'importation du médicament Nasser Riyahi.

« Actuellement, explique-t-il, il y a différentes médicaments et produits médicaux d’une valeur de 60 à 70 millions de dollars stockés à la douane, qui ne sont pas autorisés à la distribution.

« Les compagnies qui importent des médicaments ont fait des prêts à beaucoup de pharmacies et de compagnies d'assurance, et dans la mesure où ces prêts ne seront pas remboursés dans les délais, les importateurs de médicaments risquent de manquer de liquidités.

Lire la suite...

Par Lincoln P. Bloomfield Jr

The Hill, 24 juillet - Dans le Moyen Orient qui foisonne de masses désirant se libérer du pouvoir autoritaire, des difficultés économiques et des communications censurées, l'Iran devrait être en tête des candidats à un soulèvement populaire. L'économie souffre des sanctions, le peuple vit sous des restrictions rigoureuses et la plupart des Iraniens sont trop jeunes pour se rappeler le soutien étendu qui a conduit l'ayatollah Khomeiny et les religieux fondamentalistes au pouvoir lorsque la révolution de 1979 a envoyé le chah souffrant en exil.

Pourtant le printemps arabe n'a pas produit de printemps perse, et à Washington les discussions sur la guerre et un changement de régime se sont tues.

Lire la suite...

CNRI – Le religieux et dirigeant politique irakien Moqtada Sadr a appelé la nation à se soulever et à renverser le premier ministre Nouri al-Maliki et son gouvernement.

Il a accusé Maliki de causer une souffrance nationale à la population et d'encourager le terrorisme en Irak.

Sadr – dirigeant chiite – a dit dans une déclaration : « Le premier ministre n'a plus rien hormis son siège et ceux qui sont autour de lui. Le compte à rebours de la fin de ce gouvernement a commencé et nous demandons au peuple de se soulever contre lui. Nous ne donnerons plus de chances au gouvernement Maliki, pas même 100 jours. »

Faisant allusion à la vague d'attentats à travers l'Irak, Sadr a déclaré : « Les villes de Kirkuk et Bagdad ainsi que les provinces dans le sud, le nord et le centre sont brisées de douleur et de souffrance. Les paramilitaires jouent avec les vies et le gouvernement de Maliki ne fait rien.

Lire la suite...

Iran Manif - James Mattis, commandant du CENTCOM qui vient de prendre sa retraite, a vigoureusement critiqué les États-Unis pour leur passivité face à la tentative terroriste du régime iranien d'assassiner l'ambassadeur saoudien aux États-Unis dans un restaurant de Washington en 2011.

Au Forum de Sécurité d'Aspen le 20 juillet, James Mattis a déclaré : « Lorsque nous les avons finalement attrapés alors qu’ils tentaient de tuer Adel, nous avons eu un ministre de la Justice pressé de toutes parts, un homme bien mais politiquement pressé de toutes parts, qui s'est levé pour donner un argument juridique que franchement je n’ai pas pu comprendre. » « On ne leur a quasiment pas demandé de comptes (...) Je ne sais pas pourquoi un attentat contre Adel n'a pas été traitée avec plus de fermeté. » « Nous les avons attrapés en flagrant délit et pourtant nous les avons laissés repartir libres », a-t-il ajouté.

Lire la suite...

AFP, 23 juillet  - L'opposition syrienne s'est félicitée mardi de la décision de l'Union européenne d'inscrire l'aile militaire du Hezbollah sur sa liste d'"organisations terroristes", appelant à juger les responsables du parti chiite pour son rôle en Syrie.

Le Hezbollah, puissant parti armé parrainé par l'Iran, combat les rebelles aux côtés du régime de Bachar al-Assad.

"La Coalition (de l'opposition) considère que cette initiative est un pas dans la bonne direction et souligne la nécessité que les pays de l'UE prennent des mesures permettant de stopper l'intervention de la milice du parti en Syrie", indique un communiqué.

L'opposition a appelé à "traduire en justice les responsables du Hezbollah pour les crimes terroristes qu'ils ont commis sur le territoire syrien".

Lire la suite...

AFP, 22 juillet  - Le conflit entre sunnites et chiites qui secoue le monde arabe gagne le Yémen où les tensions entre les fondamentalistes sunnites et les rebelles chiites zaïdites tournent à la guerre pour le contrôle des mosquées à Sanaa.

Cette rivalité confessionnelle était jusque-là limitée à la province de Saada (nord), fief du mouvement rebelle Ansarullah, accusé par ses détracteurs d'être instrumentalisé par l'Iran, et où des affrontements épisodiques l'opposent aux partisans sunnites du parti islamiste Al-Islah.

Mais avec le mois de jeûne du ramadan qui a commencé le 10 juillet, la tension a gagné Sanaa. Ainsi, des salafistes ont tenté de prendre le contrôle d'une mosquée dirigée par un imam zaïdite, en riposte à une tentative similaire de la part des partisans d'Ansarullah dans une autre mosquée.

Lire la suite...

AFP, 22 juillet - Les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé lundi d'inscrire la branche armée du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes de l'UE, tout en assurant vouloir continuer à dialoguer avec ses responsables politiques, ce qui ne sera pas simple.

Les Européens durcissent ainsi le ton vis-à-vis du puissant mouvement chiite libanais pro-iranien, alors que ce dernier est de plus en plus impliqué dans le conflit syrien au côté du régime de Bachar al-Assad.

La décision a été qualifiée lundi soir "d'agressive et injuste" par le Hezbollah chiite libanais ajoutant qu'elle allait attirer "des pertes et des déceptions" aux Européens.

Le président libanais, Michel Sleimane a, lui, demandé à l'UE de "revoir" sa décision en vue de "préserver la stabilité du Liban".

Lire la suite...

AFP, 21 juillet - Des hommes armés ont enlevé dimanche à Sanaa un diplomate iranien qu'ils ont conduit vers une destination inconnue, a indiqué à l'AFP une source au sein des services de sécurité.

"Un diplomate iranien a été enlevé dimanche à Sanaa par des hommes armés", a déclaré à l'AFP la même source, ajoutant sous couvert d'anonymat, que l'homme avait été "conduit vers une destination inconnue".

Le rapt a été confirmé à Téhéran: "Nous avons été informés ce matin qu'un de nos employés à l'ambassade d'Iran au Yémen a été enlevé par un groupe inconnu. Cette personne est iranienne", a déclaré à l'agence Isna le porte-parole de la diplomatie iranienne Abbas Araghchi, précisant que la victime s'appelle Nour-Ahmad Nikbakht.

Lire la suite...

IRAN 
DECEMBRE 2019

 29 exécutions

Soulèvement national

1500 manifestants tués

4000 blessés

12.000 arrestations

dans 191 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions; Novembre: 15 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE