Iran Manif (avec AFP) – L 'Iran a ouvert deux lignes de crédit d'un montant total de quatre milliards de dollars à Damas et envisage d'en accorder une troisième pour aider le pays frappé par un embargo international, a indiqué le gouverneur de la Banque centrale de Syrie.

« L'Iran continue de soutenir la Syrie, en ouvrant une ligne de crédit d'un milliard de dollars pour financer l'importation de différents produits, et une autre ligne de crédit de trois milliards de dollars pour financer les besoins du pays en pétrole et produits dérivés », a déclaré Adib Mayalé, cité lundi par le quotidien gouvernemental Techrine.

Lire la suite...

AFP, 26 mai - En Syrie, « l'armée syrienne s'est infiltrée à l'intérieur de l'aéroport de Debaa par le nord-ouest, après s'être emparée de la ligne de défense des rebelles. Les combats se déroulent désormais à l'intérieur », a déclaré à l'AFP une source militaire.

Cet ancien aéroport se trouve à 6 km de Qousseir, sur la seule route au nord de la ville. D'après des militants, ce sont les forces spéciales de l'armée et le Hezbollah qui ont mené l'assaut.

Sur sa page Facebook, le militant Hadi al-Abbdallah, qui se trouve dans la ville, a lancé un cri désespéré. « O mon Dieu, Qousseir est détruite et brûle. Des centaines d'obus, de missiles tombent sur la ville ».

La Tansikiyat (comité de coordination sur le terrain) de Qousseir a appelé à l'aide, également sur Facebook. « Si Qousseir tombe, nous nous relèverons plus. Aidez-nous, envoyez-nous de l'argent, de la nourriture et des médicaments ».

Lire la suite...

AFP, 26 mai - Le Hezbollah libanais s'est investi totalement dans la guerre en Syrie, à la demande de son mentor iranien qui veut maintenir au pouvoir son allié Bachar al-Assad, mais cet engagement ternit son image dans le monde arabe, estiment des experts.

« La participation du Hezbollah à la guerre en Syrie découle d'une décision iranienne de soutenir jusqu'au bout le régime grâce à des acteurs régionaux, et en premier lieu au Hezbollah », explique Ziad Majed, professeur de Sciences politiques et Moyen-Orient à l'Université américaine de Paris.

Lire la suite...

AFP, 25 mai - Election présidentielle verrouillée, impasse sur le nucléaire, implication grandissante dans le conflit syrien : l'Iran constitue le deuxième sujet d'inquiétude principal des chancelleries occidentales, dans le sillage de la guerre en Syrie.

Alors que les grandes puissances s'activent à préparer une conférence de paix sur la Syrie au mois de juin, le rôle de cet allié de Damas et sa participation ou pas à un règlement du conflit pourrait être discuté lors d'une rencontre lundi à Paris entre les chefs de la diplomatie américaine, russe et française.

L'élection présidentielle du 14 juin en Iran laisse peu d'espoirs aux Occidentaux sur une attitude plus conciliante de Téhéran sur les grands dossiers en cours. "On n'en attend pas grand chose", confiait récemment un diplomate français.

L'invalidation cette semaine de deux des principaux candidats au scrutin et bêtes noires des ultra-conservateurs, l'ex-président Akbar Hachémi Rafsandjani et Esfandiar Rahim Mashaïe, un proche du président sortant Mahmoud Ahmadinejad, a renforcé leurs inquiétudes.

Lire la suite...

AFP, 23 mai - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a dénoncé vendredi « le manque de transparence » dans l'élection présidentielle en Iran, où deux des principaux candidats ont été invalidés.

« Le manque de transparence rend hautement improbable que cette liste de candidats puisse représenter la large volonté du peuple iranien ou incarner un changement », a déclaré M. Kerry, qui achevait une visite en Israël et dans les Territoires palestiniens, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Tel-Aviv.

Le chef de la diplomatie américaine a jugé « étonnant un processus dans lequel un Conseil des gardiens non élu et non responsable devant le peuple iranien a disqualifié des centaines de candidats potentiels selon des critères vagues ».

« C'est loin d'être une élection respectant les normes selon lesquelles la plupart des gens et la plupart des pays jugent qu'il s'agit d'élections libres, équitables et ouvertes », a-t-il ajouté.


 

AFP, 22 mai - L'invalidation de deux des principaux candidats à l'élection présidentielle iranienne « illustre l'ampleur du verrouillage du système », a estimé mercredi le ministère français des Affaires étrangères, pour qui le peuple iranien « doit pouvoir choisir librement ses dirigeants ».

« La décision du Conseil des gardiens de la Constitution illustre l'ampleur du verrouillage du système iranien. Les critères d'éligibilité manquent indéniablement de transparence », a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot.

« Le peuple iranien doit pouvoir choisir librement ses dirigeants et mérite que ses droits les plus fondamentaux, comme la liberté d'expression et d'opinion, soient respectés », a-t-il estimé.

« De manière plus générale, ces élections auront lieu dans un climat de répression croissant en Iran », a-t-il poursuivi.

 

 

AFP, 22 mai - Bahreïn a annoncé mercredi avoir découvert un drone iranien dans le nord de ce petit pays du Golfe, près de l'Arabie saoudite, appelant à accroître la coopération entre les services de sécurité de la région face aux "menaces" de Téhéran.

Le drone "a été trouvé dans les eaux au nord de Bahreïn, entre Bahreïn et l'Arabie saoudite, il y a deux semaines", a déclaré à l'AFP la porte-parole du gouvernement, Samira Rajab.

"Il a été prouvé qu'il s'agissait d'un drone utilisé par l'Iran et pourrait être lié aux cellules d'espionnage pour le compte de l'Iran découvertes en Arabie saoudite et à Bahreïn", a-t-elle ajouté.

Il n'était pas clair si l'appareil s'était écrasé ou s'il avait été abattu.

L'Iran dit développer des drones pour des missions de surveillance mais aussi des attaques.

Lire la suite...

AFP, 21 mai - Des Iraniens sont présents aux côtés du Hezbollah libanais qui combat avec les troupes du régime syrien pour reprendre la ville stratégique de Qousseir, dans le centre de la Syrie, a indiqué mardi soir un haut responsable du département d'Etat américain.

"C'est la participation directe la plus visible du Hezbollah aux combat en Syrie, et nous avons compris qu'il y a aussi des Iraniens dans ce secteur", a affirmé ce responsable, qui a requis l'anonymat, aux journalistes accompagnant le secrétaire John Kerry à Mascate.

Le responsable américain, qui a affirmé tenir ses informations de chefs de l'Armée syrienne libre (rebelles), n'a pas pu donner d'estimation du nombre de combattants du Hezbollah ou d'Iraniens impliqués dans la bataille, ni du rôle exact joué par les Iraniens.

Lire la suite...

AFP, 21 mai - Les autorités saoudiennes ont procédé à 10 nouvelles arrestations liées à un réseau d'espionnage au profit de l'Iran, a annoncé mardi un porte-parole du ministère de l'Intérieur, faisant état notamment de l'interpellation d'un Libanais et d'un Turc, selon l'agence officielle SPA.

Les autorités avaient annoncé en mars l'arrestation de 18 membres du réseau.

L'enquête "a conduit à l'arrestation de 10 autres (suspects) pour leur implication dans des actes d'espionnage du réseau : huit Saoudiens, un Libanais et un Turc", a déclaré le porte-parole.
Un Libanais arrêté en mars a été "relâché pour manque de preuves sur ses liens avec le réseau", a-t-il ajouté.

Lire la suite...

Gulf News, 20 mai - Le Bahreïn a condamné la déclaration d'un ministre iranien, estimant qu’il s’agit d’une ingérence flagrante dans ses affaires intérieures et d’un comportement sans précédent dans les relations entre des pays souverains.

« Ces déclarations irresponsables dérogent aux principes des Nations Unies, du droit international et de l’Organisation de la coopération islamique, qui défendent tous le respect absolu de la souveraineté et de l'indépendance de tous les pays », a déclaré Hamad al-Amer, sous-secrétaire aux Affaires régionales et au Conseil de Coopération du Golfe (GCC).

Cet officiel réagissait à une déclaration du ministre adjoint des Affaires étrangères de l'Iran aux Affaires arabes et africaines, Hossein Amir-Abdollahian critiquant une perquisition menée par la police au domicile d’Issa Qassim, un éminent érudit religieux, à Duraz, un village à l'ouest de la capitale Manama. « Si vous ne vous excusez pas pour ce geste inapproprié, vous devrez vous attendre à une réaction inattendue », a dit l'agence de presse Fars citant le responsable iranien.

Lire la suite...

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 3 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE