Des commandants et des centaines de soldats d'élite déployés à Damas, comme un approfondissement du conflit inquiètent les alliés capitaux, déclarent des membres

Wall Street Journal, 27 aout - L'Iran envoie des commandants issus de son corps d’élite des Gardiens de la Révolution et des centaines de soldats à pied vers la Syrie, d’après des membres actuels et anciens du corps.

Lire la suite...

Le guide suprême iranien a ordonné aux gardiens de la révolution du pays d'intensifier leur campagne d’attentats terroristes contre l’Occident et ses alliés en représailles de leur soutien au renversement du président Bachar al-Assad en Syrie.
 
Par Con Coughlin

Daily Telegraph (GB), 22 aout - Selon des autorités des services de renseignement occidentaux, l’ayatollah Ali Khamenei a donné cet ordre à l'unité d'élite de la Force Qods à la suite d’une réunion d’urgence récemment du Conseil de sécurité nationale iranien à Téhéran, tenue pour examiner un rapport commandé spécialement sur les conséquences pour l’Iran de la chute du régime d’Assad.

Lire la suite...

Pour les mollahs, sauver Bachar n'a pas de prix, parce que leur propre pouvoir est en jeu

Iran Manif - La capture de 48 terroristes des mollahs en Syrie a vivement troublé la dictature religieuse, annonce un communiqué du CNRI. Selon des informations venant de l’intérieur du régime, dans une réunion du conseil de sécurité nationale, Khamenei a insisté sur la nécessité de soutenir le tyran syrien.

Lire la suite...

AFP - 20 juin 2012 - L’Iran dispose de suffisamment de stocks d’uranium enrichi à 3,5% pour avoir en moins de quatre mois assez d’uranium hautement enrichi pour produire une bombe atomique, ont affirmé mercredi plusieurs experts américains devant des parlementaires.

« Il est clair que l’Iran pourrait produire une bombe atomique très rapidement si elle le décidait », a déclaré devant la commission de la Défense de la Chambre des représentants Stephen Rademaker, expert au centre de réflexion Bipartisan Policy Center à Washington.

Lire la suite...

Huffington Post - Publié le: 21/04/2012 00:51 - Selon les dernières nouvelles annonçant que le gouvernement Syrien a repris ses attaques contre la ville de Homs – presque un mois après la ratification par le Conseil de Sécurité de l’ONU du plan de paix pour la Syrie proposé par l’ancien Secrétaire Général Kofi Annan – on pourrait qualifier le « cessez-le-feu » Syrien d’inefficace. En réalité, il n’y a jamais eu de réel "cessez-le-feu", et il semble à présent qu’il s’agissait plus d’un stratagème de  Bashar Assad pour gagner du temps et continuer ses attaques meurtrières contre des protestants sans défense.

Lire la suite...

Huffington Post - 11/04/2012 - Suite à la Conférence sur la Syrie qui s’est tenue à  Istanbul le 1er avril dernier, le Secrétaire d’Etat Américain Clinton s’est exprimé:
"En ce qui concerne le rôle que l’Iran joue en Syrie,  il est extrêmement troublant. Et je pense qu’il est important de souligner que lorsque j’ai traversé la région – il y a 3 points qui préoccupent les pays concernés à propos de l’Iran. Le premier, c’est sa quête d’armes nucléaires: ce serait très déstabilisant pour les pays alentours, qui, se sentant intimidés et menacés, pourraient réagir par n’importe quel moyen. Le second point, c’est l’intrusion de l’Iran dans la politique intérieure de ses voisins ; le rôle qu’elle semble jouer en Syrie illustre parfaitement ceci. Enfin, le troisième point est l’export du terrorisme. Au cours des 6 - 8 derniers mois, nous avons eu droit  à des complots iraniens semant le trouble de la Thaïlande à l’Inde, la Géorgie ou Mexico et dans d’autres endroits encore. Nous parlons ici d’un pays, pas d’un groupe terroriste....Les citoyens méritent mieux que de vivre sous un gouvernement qui exporte le terrorisme."
Bien dit. Comme si un changement de régime devait être la seule solution.

Lire la suite...

12 avril 2012 - LE TEMPS - Téhéran franchit un pas de plus dans sa lutte contre l’impérialisme américain. Selon plusieurs sites web, le ministère iranien de l’Information et des technologies de communication aurait affirmé vouloir couper son pays d’Internet dans les cinq mois à venir. Info ou intox, la nouvelle suscite l’ire des politiques occidentaux

Pour vivre en toute sécurité, vivons blindés! Tel serait l’adage des autorités iraniennes si l’on en croit les rumeurs insistantes proférées sur la Toile cette semaine. Selon plusieurs sites web, l’Iran doit lancer progressivement, à partir du mois de mai, un réseau national d’information, destiné à remplacer l’Internet dans la gestion quotidienne du système bancaire, des organisations publiques ou semi-publiques pour des «raisons de sécurité». Une annonce aussitôt contredite par le ministère iranien des télécommunications et de la technologie, qui dénonce «une propagande occidentale […] sans fondement et imaginaire.»

Lire la suite...

Publié le 6 avril 2012
Par Frank Demeyer
(OfficialWire)
BRUXELLES (BELGIQUE)
OfficialWire News Bureau

La rencontre la semaine dernière de la Délégation du Parlement Européen pour les Relations avec l'Iran a été la scène d'une rare confrontation entre la faction pro-iranienne menée par le groupe des Verts et ceux voulant voir un changement fondamental.
En jeu était l'élection d'un vice-président de la Délégation, un siège laissé vacant depuis qu'un membre allemand le détenant sur le compte du plus grand groupe politique, le Parti Populaire Européen (PPE) du centre-droite, ait récemment quitté le Parlement.
Conformément à la règle d'Hont – une méthode maintenant la proportionnalité des sièges par taille de chaque groupe politique – le poste aurait dû aller à un Membre du Parlement Européen (eurodéputé) issu du PPE. Josef Daul, le Président du PPE issu de la France, avait officiellement proposé l'Italien Potito Salatto pour le siège.

Lire la suite...

Par Ben Birnbaum
The Washington Times 22 mars 2012
L'ancien premier ministre irakien déclare que les États-Unis ferment les yeux sur « une dictature émergente » dans son pays, disant au Washington Times que l'Iran « est en train d'avaler » l'Irak et de lui ses politiques stratégiques.
Ayad Allawi, qui a assumé les fonctions de premier ministre de 2004 à 2005, a accusé l'Iran d'ingérence dans la politique irakienne au point que Téhéran « est en train de devenir la figure dominante de l'Irak » ; il a affirmé que plusieurs responsables américains « admettent secrètement » que « l'Iran a gagné et a tiré le meilleur avantage de ce qui s’est produit en Irak ».
M. Allawi a fait ces commentaires en plein bouleversement politique et civil, dans le sillage du retrait des troupes américaines d’Irak en décembre. Au moins 52 Irakiens ont été tués mardi dans des attentats à la bombe à travers le pays et le vice-président de l'Irak a échappé à son arrestation sur des charges terroristes qui sont largement considérées comme politiquement motivées.
Pendant ce temps, des attaques d'al-Qaeda comme celles de mardi soulèvent des questions concernant la sécurité intérieure de l'Irak, alors que Bagdad se prépare à accueillir mardi, un sommet, longtemps retardé, de la Ligue des pays arabes, prévu pour s'occuper de la menace d'une guerre civile en Syrie et des transitions pénibles en Égypte, en Libye et au Yémen.
« Pour être sincère, les gens parlent du Printemps arabe », a dit M. Allawi. « De quel printemps s'agit-il ? »
« Le printemps est associé au vert, au renouvellement de la vie. Nous versons du sang partout dans la région et la destruction, le démembrement des pays ainsi que le chaos se produisent. »

Lire la suite...