Publié le 6 avril 2012
Par Frank Demeyer
(OfficialWire)
BRUXELLES (BELGIQUE)
OfficialWire News Bureau

La rencontre la semaine dernière de la Délégation du Parlement Européen pour les Relations avec l'Iran a été la scène d'une rare confrontation entre la faction pro-iranienne menée par le groupe des Verts et ceux voulant voir un changement fondamental.
En jeu était l'élection d'un vice-président de la Délégation, un siège laissé vacant depuis qu'un membre allemand le détenant sur le compte du plus grand groupe politique, le Parti Populaire Européen (PPE) du centre-droite, ait récemment quitté le Parlement.
Conformément à la règle d'Hont – une méthode maintenant la proportionnalité des sièges par taille de chaque groupe politique – le poste aurait dû aller à un Membre du Parlement Européen (eurodéputé) issu du PPE. Josef Daul, le Président du PPE issu de la France, avait officiellement proposé l'Italien Potito Salatto pour le siège.

Lire la suite...

Par Ben Birnbaum
The Washington Times 22 mars 2012
L'ancien premier ministre irakien déclare que les États-Unis ferment les yeux sur « une dictature émergente » dans son pays, disant au Washington Times que l'Iran « est en train d'avaler » l'Irak et de lui ses politiques stratégiques.
Ayad Allawi, qui a assumé les fonctions de premier ministre de 2004 à 2005, a accusé l'Iran d'ingérence dans la politique irakienne au point que Téhéran « est en train de devenir la figure dominante de l'Irak » ; il a affirmé que plusieurs responsables américains « admettent secrètement » que « l'Iran a gagné et a tiré le meilleur avantage de ce qui s’est produit en Irak ».
M. Allawi a fait ces commentaires en plein bouleversement politique et civil, dans le sillage du retrait des troupes américaines d’Irak en décembre. Au moins 52 Irakiens ont été tués mardi dans des attentats à la bombe à travers le pays et le vice-président de l'Irak a échappé à son arrestation sur des charges terroristes qui sont largement considérées comme politiquement motivées.
Pendant ce temps, des attaques d'al-Qaeda comme celles de mardi soulèvent des questions concernant la sécurité intérieure de l'Irak, alors que Bagdad se prépare à accueillir mardi, un sommet, longtemps retardé, de la Ligue des pays arabes, prévu pour s'occuper de la menace d'une guerre civile en Syrie et des transitions pénibles en Égypte, en Libye et au Yémen.
« Pour être sincère, les gens parlent du Printemps arabe », a dit M. Allawi. « De quel printemps s'agit-il ? »
« Le printemps est associé au vert, au renouvellement de la vie. Nous versons du sang partout dans la région et la destruction, le démembrement des pays ainsi que le chaos se produisent. »

Lire la suite...

Rapports de l’état-major social des Moudjahidine du peuple à l’intérieur du pays depuis 17000 urnes dans les bureaux de vote de plus d’une centaine de villes.

Selon une évaluation statistique précise de l’état-major social intérieur de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), fondée sur les rapports des témoins oculaires reçus de 17000 urnes à travers le pays, le scrutin du 2 mars a été la plus boudée et la plus scandaleuse mascarade électorale que le fascisme religieux en Iran ait organisé depuis 33 ans au pouvoir.

Lire la suite...

L’Iran est sur le qui-vive. L’accès à internet a subi de fortes perturbations ce week-end alors que des appels à manifester contre le pouvoir avaient été lancés sur des sites de l’opposition. Google a fait état d’une brusque chute du trafic dans le pays.

D’après des résidents, des policiers et des membres des forces de sécurité étaient déployés ce mardi après-midi sur certaines places du centre de Téhéran.

Le régime iranien est d’autant plus tendu que dans un peu plus de deux semaines se tiendront les élections législatives, les premières élections depuis la réélection controversée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009. Une réélection qui a provoqué des vagues de protestation.

Avec AFP et Reuters

 

Iran Manif - L'Iran fournit des armes pour aider la répression du régime de Bachar al-Assad en Syrie, ont déclaré vendredi à l'AFP de hauts responsables américains. Le général iranien Qassem Soleimani, commandant de l'unité Qods (force spéciale des Gardiens de la révolution), était dans la capitale syrienne en janvier, selon ces responsables, qui considèrent cette visite comme le signe le plus concret que l'aide iranienne à la Syrie comprend du matériel militaire.

Lire la suite...

Iran Manif - L’ordre d'attaquer l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran donné par Khamenei en personne et le corps des pasdarans et les forces inféodées au bureau de Khamenei l’ont menée. Les allégations comme quoi ce serait des étudiants qui occupent l’ambassade n’est qu’un mensonge éhonté qui ne trompe personne. (voir clip)

Lire la suite...

Iran Manif - Le Secrétaire du Conseil suprême de sécurité de la dictature religieuse de Téhéran, n'y est pas allé par quatre chemin : « Les mains puissantes du peuple et du gouvernement irakiens ont bouté hors du pays les dirigeants américains. Aujourd'hui, le front de la guerre du bien contre le mal se trouve derrière les portes du mal », a continué Jalili. « Toute la population irakienne, aussi bien les Kurdes, que les sunnites et les chiites sont en train de purifier l'échiquier irakien de ses ennemis ! »

Lire la suite...

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

251 manifestants tués

3700 blessés

7000 arrestations

dans 165 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE