Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - La crise est dure et la colère monte en Iran. Malgré les exécutions et les arrestations, les Iraniens n'hésitent pas à descendre dans la rue pour réclamer leurs droits. Ainsi dans la matinée du 3 mai, 500 manifestants du projet immobilier Mehr, représentants 5000 victimes d'une escroquerie financière, ont à nouveau manifesté à Téhéran devant le Majlis (parlement) des mollahs contre l'inaction du régime des mollahs dans cette affaire. 

 

Ces petits épargnants avaient investi il y a quatre ans un total de 40 millions de tomans dans la construction d'un quartier pavillonnaire en dix-huit mois qui n'a pas été construits et dont l'argent s'est envolé. Une escroquerie de plus dans un régime où la corruption est reine. 

Le 4 mai également, les commerçants de Guenaveh ont fait ville morte dans leur demande du rétablissement du dédouanement des marchandises importées. 

On recense encore plusieurs manifestations comme celle des salariés de l'entreprise de distribution électrique d'Ilam (ouest de l'Iran), un groupe de salariés licenciés de l'entreprise de Pega à Abdanan (province d'Ilam), un groupe d'ouvriers de l'usine de tuyauterie d'Ilam et les travailleurs de l'usine textile de Karadj. Ils réclamaient leurs salaires impayés et pour les licenciés, leur réinsertion dans l'entreprise.