Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif (avec Reuters) - Le régime en Iran a arrêté les organisateurs d'une manifestation la semaine dernière près de la tombe de l'ancien roi perse Cyrus le Grand, qui a attiré des milliers de personnes pour célèbrer la gloire pré-islamique du pays.

 

Des foules, en majorité de jeunes, ont manifesté près de l'ancienne ville de Pasargades dans la province centrale de Fars vendredi 28 octobre pour célébrer le jour officieusement marqué dans le calendrier iranien comme le Jour de Cyrus.

Des vidéos publiées dans les médias sociaux les montrent scandant «L'Iran est notre pays, Cyrus est notre père", mais aussi "Pas de liberté d'opinion avec les barbus", et contre les guerres des mollahs à l'étranger qui dévorent des milliards de dollars "Ni Gaz, Ni Liban, je donne ma vie pour l'Iran". 

"Les principaux dirigeants et les organisateurs de ce rassemblement qui scandaient des slogans non conventionnels contre les valeurs de (la dictature religieuse) ont été arrêtés", a déclaré le procureur Ali Salehi à Chiraz, capitale provinciale lundi 31 octobre, selon l'agence Fars.

Un haut religieux chiite, l'ayatollah Nouri Hamedani, a dénoncé le rassemblement et ses participants.

"Ces gens sont opposés à la Révolution. Je me demande comment ils peuvent se rassembler autour de la tombe de Cyrus et scander les mêmes slogans (sur Cyrus) que nous scandions pour notre guide suprême", écrit Fars en le citant. Le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei détient le pouvoir religieux et politique le plus élevé en Iran.

Un responsable judiciaire a déclaré lundi que les organisateurs de l'événement étaient sous la surveillance des forces de renseignement et de sécurité depuis longtemps et devront faire face à des poursuites judiciaires. Rien n'a été dit sur le nombre d'organisateurs arrêtés.

Cyrus le Grand, le fondateur de l'ancien Empire perse, est à l'origine de la première Charte des droits humains, notion insupportable aux mollahs.