Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Iran Manif - En tout 28 sidérurgistes grévistes ont été arretés depuis le 16 décembre. Dans la soirée de dimanche 11 militants sidérurgistes d'Ahwaz en Iran ont été enlevés chez eux par des agents du régime des mollahs. 17 autres ouvriers ont été arretés le lendemain dans la matinée. Les ouvriers sidérurgistes d'Ahwaz sont en grève depuis 38 jours.

Le 17 décembre les ouvriers sont une fois de plus descendus dans les rues d'Ahwaz pour réclamer la libération des manifestants. Cette manifestation a été durement réprimée. Les 11 ouvriers grévistes arrêtésdans la soirée du 16 décembre sont : Issa Marï, Gharib Hoyzavi, Morteza Akbari, Amine Alvani, Karim Siahi, Mostafa Abiat, Taregh Khalafi, Meyssam Ghanavati, Massoud Afri, Djaafar Sabahani, Hamed Djoudaki

et les 17 autres arretés le lendemain sont : Hamed Basseri, Hafez Kanani, Hossein Davoudi, Kazem Heydari, Yasser Ebrahimian, Madjid Djenadeleh, Kouroch Esmaïli, Ali Oghba, Mohsen Balouti, Mohammad Pour-Hassan, Mohsen Pahbati, Seyed Habib Tabatabaï, Djassem Roumazi, Ali Etmami, Seyed-Ali Djavad-Pour, Djavad Gholami, Abdoreza Dasti

Réaction de la Résistance

Voici un communiqué du CNRI relatif à ces manifestations :

Onze ouvriers sidérurgistes arrêtés lors de rafles brutales à leur domicile dans le sud-ouest de l'Iran

Appel urgent à la libération des travailleurs arrêtés au 38e jour de grève et de manifestation

Dans la soirée du 16 décembre, les services de Renseignement en Iran ont mené une rafle brutale aux domiciles de onze représentants des ouvriers sidérurgistes d’Ahwaz, dans le sud-ouest de l'Iran, avant de les arrêter. Ces arrestations interviennent au 38e jour de manifestations des grévistes qui exigent le respect de leurs droits élémentaires.

Par ailleurs, dans la matinée du 17 décembre des unités des forces de sécurité et d’autres organes répressifs ont été déployées massivement devant le gouvernorat, le Palais de justice et les autres centres névralgiques de la ville d’Ahwaz pour empêcher une nouvelle manifestation ouvrière et les contraindre à mettre fin à leur cycle de protestation continue dans le centre-ville de la capitale de la province du Khouzistan, du jamais vu en Iran.

En dépit de ces mesures répressives,les grévistes a été rejoint par la population dans la matinée pour reprendre les manifestations au centre-ville. Dans un communiqué, ils ont mis en garde contre la répression tout en exigeant la libération immédiate de leurs camarades emprisonnés. Le cortège de manifestants scandait : « Libérez les travailleurs emprisonnés », « nous défendrons jusqu’au bout nos camarades emprisonnés ».

Par ailleurs, le syndicat de la Compagnie des bus de Téhéran et de sa banlieue a publié un communiqué le 17 décembre pour dénoncer l’arrestation des sidérurgistes d’Ahvaz et exiger la libération immédiate des personnes la veille.

Pour sa part, la Résistance iranienne condamne vigoureusement la rafle brutale des travailleurs qui luttent pour leurs droits fondamentaux et appelle la population en particulier les ouvriers, les étudiants et les jeunes, en particulier dans la province du Khouzistan, à soutenir les sidérurgistes courageux en grève. Elle appelle également les instances internationales de défense des droits humains et des droits des travailleurs, les syndicats ouvriers et les syndicats à travers le monde, à intervenir d’urgence pour exiger la libération des ouvriers iraniens emprisonnés.