Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Al-Arabiya - L'année 2018 n'a pas été comme les autres pour le régime iranien, à commencer par des protestations massives et un soulèvement national. Bien que ces protestations aient disparu des grands titres des médias, elles n'ont certainement pas cessé.

Ce mouvement en cours a pris vie avec les manifestations d'opposition les plus mportantes depuis 2009, ébranlant les piliers de ce régime et signalant une société - décrite comme une poudrière - prête à exploser et à mettre fin au règne des religieux. Cela a également envoyé un message à la communauté internationale, en particulier à Washington, sur la vulnérabilité intérieure du régime iranien.

En 2009, le Guide suprême iranien Ali Khamenei avait pu prendre ses distances par rapport à la colère des manifestants. En 2018, cependant, le peuple iranien a enlevé ses gants dans les slogans qui le caractérisent  :

" Réformateurs, partisans de la ligne dure, la partie est terminée"

"A bas Khamenei !"

Les rues de l'Iran ont atteint un point d'ébullition en raison de l'échec des politiques intérieures, économiques et étrangères du régime. Les Iraniens ordinaires perdent leur pouvoir d'achat et les informations indiquent que plus de 80 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Une hypocrisie notable de la part de Téhéran se manifeste dans l'invitation faite par les autorités à une " économie de résistance ", tout en poursuivant leur politique étrangère très coûteuse de soutien aux dictateurs et aux groupes terroristes tels que Bachar Assad en Syrie, le Hezbollah libanais et les Houthis au Yémen.

Pendant ce temps, malgré les affirmations du régime iranien et de ses experts basés à l'étranger, la source de la misère est claire comme de l'eau de roche pour le peuple iranien, comme en témoignent leurs slogans significatifs.

"Notre ennemi est ici même ; ils mentent quand ils disent que c'est l'Amérique"

Vue d'ensemble

Machad, une ville religieuse du nord-est de l'Iran, a été le point de départ des manifestations iraniennes de 2018, qui se sont dans un premier temps concentrées sur des dilemmes économiques tels que le chômage, la pauvreté et la flambée des prix.

Puis les manifestations font boule de neige dans tout le pays et ont frappé aux portes du régime à Téhéran, la capitale. Quand les manifestants se sont mis à viser les politiques économiques mises du gouvernement, Khamenei a senti que le feu des manifestants - travailleurs, étudiants, enseignants, chauffeurs routiers, infirmières et gens de tous horizons - s'élevaient contre ltout e système politique corrompu du pays.

Cela révèle la nature très fragile du régime iranien, en particulier avec les sanctions américaines qui commencent à resserrer leur étau autour du régime, principalement son financement des milices au Moyen-Orient.

La mascarade de Khamenei consistant à blâmer ses ennemis n'a jamais été bien accueillie par le peuple iranien, en particulier après avoir vu des milliards de personnes armer des milices sectaires à travers la région et alimenter des guerres jugées impopulaires par le peuple iranien.

"Ni Gaza, ni Liban, je donne ma vie pour l'Iran"

"Lâchez la Syrie, pensez à nous"

Principale cause

Les sanctions américaines trouvent sans cesse leur place dans les discours de Khamenei, surtout après que Washington se soit retiré de l'accord nucléaire iranien en mai 2018. La monnaie iranienne, le rial, s'est effondrée et avait perdu plus de 80 % de sa valeur avant même que le président américain Donald Trump n'ait pris sa décision historique. Cela prouve que les politiques du régime, la corruption et la mauvaise gestion économique sont la cause principale des souffrances de la population.

Même si le régime iranien prétend le contraire, la crise économique à Téhéran est le résultat de la "dictature corrompue" qui a volé des milliards de dollars à la population pour les dilapider dans ses interventions au Moyen Orient, à la prolifération des missiles balistiques et à un programme nucléaire controversé.

Khamenei a appris ses leçons en 2009 et en 2018, en entendant les gens appeler à sa chute et en voyant ses portraits brûler dans les rues du pays. Une différence frappante en 2018 est la dure réalité que la classe inférieure iranienne - dont le régime prétendait avoir le soutien - est furieuse contre mauvaises conditions de vie et exige des changements.

A lire sur :  Al Arabiya

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 3 exécutions

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE