Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Radio Farda - Des informations de Téhéran indiquent que la police a violemment dispersé une manifestation pour la Fête du travail devant le Parlement iranien (Majles) à Téhéran le mercredi 1er mai, arrêtant des dizaines de travailleurs.

Des témoins oculaires ont déclaré à Radio Farda que plus de 35 manifestants de la Journée du 1er mai, principalement des membres de l'Union des chauffeurs de bus de Téhéran, ont été arrêtés. Les manifestants ont été battus, blessés et parfois traînés au sol avant d'être emmenés en détention, ont déclaré des témoins oculaires.

Ils ont indiqué à Radio Farda que tous les manifestants masculins arrêtés ont été transférés au siège de la police de sécurité à Guisha, dans l'ouest de Téhéran.

Les manifestants, qui sont quelques milliers dans les vidéos, ont scandé des slogans contre les prix élevés et l'inflation croissante, tout en exprimant les préoccupations habituelles des syndicats.

Des témoins sur les médias sociaux ont déclaré que les manifestants portaient des banderoles et des affiches qui montraient leur affiliation aux syndicats.

Selon le militant des droits humains Mohammad Mozaffari, les syndicalistes Reza Shahabi, Hassan Saïdi, Vahid Fereidouni, Assadollah Soleimani et Nasser Moharramzadeh figurent au nombre des personnes arrêtées lors des manifestations du 1er mai.

Un autre activiste, Mohammad Javad Akbarein, a observé sur un tweet que " Hier, le président Hassan Rohani a dit que les travailleurs étaient en première ligne de la lutte contre les États-Unis, mais aujourd'hui le représentant de son gouvernement a appelé à l'arrestation des mêmes travailleurs."

Amir Yaghoubali a écrit que les forces de sécurité ont sévi contre les travailleurs "avec violence".

Pendant ce temps, le syndicat des chauffeurs de bus de Téhéran a annoncé sur sa chaîne de médias sociaux Telegram que plusieurs travailleurs, y compris certains des membres du syndicat, ont été arrêtés devant les Majles.

Selon d'autres informations, au moins deux journalistes, Kayvan Samimi et Marzieh Amiri, ont également été arrêtés.

L'Agence iranienne d'information sur les droits de l'homme a également publié une vidéo de manifestations près de la Maison des travailleurs gérée par l'État.

Le gouvernement iranien ne reconnaît pas les syndicats créés par les travailleurs et réprime régulièrement les rassemblements de protestation organisés par des syndicats "illégaux". Au lieu de cela, le gouvernement a mis en place une " Maison des travailleurs " qui soutient les positions du gouvernement contre les travailleurs et qui n'a pas été observée en train de défendre les droits des travailleurs bien qu'elle ait toujours été représentée au Parlement au cours des dernières décennies.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

IRAN 
NOVEMBRE 2019

 10 exécutions

Soulèvement national

251 manifestants tués

3700 blessés

7000 arrestations

dans 165 villes insurgées

Janvier: 39 exécutions; Février: 7 exécutions; Mars: 16 exécutions ; Avril: 28 exécutions; Mai: 5 exécutions; Juin: 22 exécutions; Juillet: 38 exécutions; Aout: 40 exécutions; Septembre: 18 exécutions; Octobre: 23 exécutions

-----------------------------

En 2018 = 293 EXECUTIONS

En 2017 = 544 EXECUTIONS

En 2016 = 553 EXECUTIONS

En 2015 : 966 exécutions

A LIRE